De l’interopérabilité des données construite(s) par la méthode historique

[Work in progress]

Une réflexivité interdisciplinaire salutaire ?

Le questionnement est au centre de cette note de lecture d’un article de Francesco Beretta (Beretta, 2017). Il s’agit d’expérimenter le rapprochement de chemins philosophiques interrogeant l’informatique ou les êtres techniques à une proposition questionnant la donnée historique dans un modèle formel croisant deux champs disciplinaires : l’un établi – l’histoire et l’autre émergeant – l’ingénierie des connaissances.

Proposer une telle “traduction” blogatique n’est guère confortable. Elle a toutefois un double objectif : reformuler une tentative de compréhension située de la problématique (et peut-être comprendre en retour) et proposer une mise en débat – une appropriation communautaire de celle-ci, avec au centre, la question du modèle.


(Partie I) Assertion & donnée historique

Deux principes sous-tendent la modélisation des connaissances historiques comme assertions qui parlent d’objets et qui les mettent en relation entre eux (Beretta, 2017). Le premier principe suppose la séparation entre la production des connaissances et la problématique de recherche : dans ce modèle, le questionnement légitime du chercheur ne porte pas sur la production de la connaissance elle-même mais a lieu au moment de son analyse. Ainsi il est possible de réutiliser la donnée historique dans d’autres projets. A cette fin, le second principe proposé par F. Beretta est de procéder à une atomisation, c’est à dire une décomposition des connaissances en éléments correspondant à des propositions simples et autonomes. Les objets sont alors mis en relation par des assertions atomisées appelées unités de connaissances. Par ces principes, F. Beretta ne nie pas la nature construite de la donnée historique à savoir le discours disciplinaire ou le récit de l’historien-ne. Cette construction tout comme la complexité de la méthode historique sont prises en compte au moyen de relations définies entre objets et assertions atomisées : l’objet participe d’une certaine manière à l’unité de connaissance, tant dans sa proposition que dans sa réfutation, avec un degré de fiabilité ou un moyen de vérification élaborés par le modèle lui-même. La description formelle du modèle Symogih dessine à ce stade les traits constitutifs d’un proto-dispositif ou d’un système d’objets au sens de Cresswell (Cresswell, 2010).


« Datum » de Norimichi Hirakawa : un aperçu du Festival international d’art de Sapporo 2017 – UNESCO

Plus avant, le choix de fonder l’approche méthodologique sur le concept d’objet semble répondre à des questionnements épistémologiques parmi les plus récents, formulés dans le domaine des sciences de la nature. Dans le champ du Savoir en simulation (Varenne, 2015), formé au moyen de la programmation orientée-objets, la simulation intégrative à base spatiale suppose que les concepts sont (…) littéralement atomisés, décomposés et s’intriquent computationnellement les uns dans les autres au sein de construits pluridisciplinaires faisant émerger une convergence agrégeante des savoirs et des systèmes symboliques associés. Ailleurs, la remise en cause du tournant chosique de la philosophie des artefacts par Xavier Guchet prône une philosophie des techniques orientée-objet telle que Simondon définit l’objet technique. Par exemple, dans le modèle Symoghi, l’auteur ou le destinataire d’une lettre issue d’un corpus de correspondances est formalisé par le concept d’objet, dans le sens d’une philosophie des techniques centrée sur les objets [qui] repose chez Simondon sur une ontologie des relations dans l’être (Guchet, 2017)Cette critique de la philosophie des artefacts techniques rend compte de limites quant au statut ontologique des objets techniques [1] dans ses deux principales voix. L’approche postphénoménologique attribue une agentivité propre à l’artefact pris comme médiation entre l’homme et son environnement là où l’hypothèse hylémorphique du programme The Dual Nature de l’artefact technique suppose l’attribution intentionnelle d’une fonction à une structure matérielle (ici, l’objet). Ces deux voies peuvent-elles rendre compte des possibles d’une chaîne “explopératoire” (au sens de Leroi-Gourhan) mobilisant des objets (instances d’inscriptions formelles au sens de Bachimont) existants à une échelle “atomique” dans un réseau ouvert de relations multiples articulées à différentes échelles ?

A ce stade de la réflexion, l’affirmation de Manuel Zacklad (Zacklad, 2017) du rôle central de l’organisation des connaissances dans l’architecture des dispositifs de médiation numériques contributifs dédiés  à l’annotation collaborative de sources et d’information historiques trouverait-elle un sens non utilitaire ? L’approche de F. Beretta proposant d’éprouver des questions posées par le croisement de deux perspectives disciplinaires [2] fournit-elle ici le possible terrain d’une approche épistémologique de la donnée historique en tant qu’elle devient connaissance dans le sens d’ une ingénierie des supports et [d’]une critique de la connaissance où l’enjeu est de décider de la portée des dispositifs pour l’exercice de la connaissance (Bachimont, 2004) ? .

[1] les cas étudiés par Xavier Guchet sont des êtres biotechniques

[2] L’ingénierie des connaissances est (…) une technique des supports de connaissances mobilisant les sciences de la nature pour l’élaboration des dispositifs et les sciences de la culture pour leur critique.

Eléments bibliographiques

Francesco Beretta. L’interopérabilité des données historiques et la question du modèle : l’ontologie du projet SyMoGIH. Brigitte Juanals et Jean-Luc Minel. Enjeux numériques pour les médiations scientifiques et culturelles du passé , Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017, Notions et méthodes, 978-2-84016-268-1 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01559816

Robert Cresswell, Techniques et culture : les bases d’un programme de travail, Techniques et Culture [En ligne], 54-55|2010, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 02 janvier 2014, URL: http://tc.revues.org/4979  

Varenne Franck, « Le savoir en simulation », Médium, 2015/3 (N° 44-45), p. 282-297. DOI : 10.3917/mediu.044.0282. URL : https://www.cairn.info/revue-medium-2015-3-page-282.htm 

Guchet, Xavier. “Objet versus artefact. Pour une philosophie des techniques orientée-objet.”, 4 avril 2017, Cahiers COSTECH numéro 1. http://www.costech.utc.fr/CahiersCOSTECH/spip.php?article17 

Zacklad, Manuel, L’écrilecture dans les nouveaux régimes de documentalité numérique [Préface], dans Ecrilecture augmentée dans les communautés scientifiques: Humanités numériques et construction des savoirs, dir. Gérald Kembellec, Evelyne Broudoux, ISTE Editions, 1 févr. 2017  en ligne 

Bachimont, Bruno, Arts et sciences du numérique : Ingénierie des connaissances et critique de la raison computationnelle, Mémoire d’Habilitation à Diriger les recherches, Université de Technologie de Compiègne, 
http://www.utc.fr/~bachimon/Livresettheses_attachments/HabilitationBB.pdf 


Vous aimerez aussi...