Galeries

Entre geste et présence numérique, ébauche des contours de l’océan numérique des savoirs

[Work in progress]

Denise Paulme devient docteure en droit de l’Université de Paris en 1936 [1]. Elle apparaît sur la toile (Wikipédia) comme l’éditrice[i], en tout cas, la responsable de la première publication[ii] du Manuel d’Ethnographie de Marcel Mauss (P. Métais, 1947, p .155, M. Cohen, 1949, p.93) chercheur et professeur de l’Université de Paris (et fondateur de l’Institut d’Ethnologie en 1925 [2]), connu comme maître de presque tous les ethnologues français contemporains (J. Poirier, 1950, p. 212).

Aussi bien Marcel Mauss était-il le dernier homme au monde à pouvoir publier un « Cours ». Son cours était pour lui une sorte de conversation à peine ordonnée, un exposé de caractère apparemment décousu (…)

(P. Métais, 1947, p.155)

Ce Manuel d’Ethnographie est l’un des textes de référence en histoire des sciences et techniques et dans nombre d’autres disciplines (voir par exemple Figure 2). Il illustre, dans son genre (voir infra, note 1), simultanément, la fugacité de l’action scientifique – par la référence, ici dans la discipline historique, à un savoir diffusé à partir d’un support de « cours » contenant des notes prises lors d’un processus de création d’un savoir socialisé, et la permanence de la fabrication de savoirs locaux – à savoir ceux de l’Institut d’Ethnologie établis entre 1925 et 1939, notamment sous forme d’essais, de compte-rendu, de monographies, au moyen d’un apprentissage (le manuel) en même temps que de l’établissement de pratiques scientifiques communes et de recueil de sources diverses ou données (voir Figure 1).

Figure 1 : extrait du compte-rendu de Maître Jacques, p. 156, 1969, [3]

En résultent un ensemble de connaissances certifiées au sein d’une communauté cognitive (épistémique et de pratiques) qui a fertilisé nombre de champs disciplinaires pré existants et révolutionné tant la sociologie que l’histoire des sciences et techniques, l’océanographie etc. ([3] p.223, J. Poirier, 1950, p. 217).

Figure 2 : Extrait de l’article de Jean Poirier, p. 217, 1969 (J. Poirier, 1969).

Histoire et technologie[iii] se définissent, au sein de systèmes techniques dynamiques – du point de vue de l’historien des techniques (T. Hugues, 1998, in [4] p.857 ou B. Gille, 1979) ou au sein de réseaux d’acteurs – du point de vue de sociologues héritiers de M. Mauss (T. Hughes, O. Coutard, 1996, p. 41), avec toutefois deux difficultés : la première touche à la réflexivité de l’historien – technicien par rapport à son objet de recherche, aussi sujet-acteur de ses propres pratiques scientifiques (défricheur, accumulateur, créateur individuel ou correcteur d’entrants saillants sur une ou des « frontières mobiles »), difficulté qui conduit à s’interroger sur ce qu’est l’histoire des techniques ou l’histoire des technologies (history of technology), dont les tentatives de définitions successives (L. Marx, D. Edgerton, etc.) conduisent à conclure à une forme de circularité que résume de manière limpide Hannah Arendt (H. Arendt, 1972, p.56) :

L’esprit de la science moderne s’exprime dans la philosophie cartésienne du doute et de la défiance (…) La hiérarchie traditionnelle qui voulait que la vérité fût en dernière instance perçue seulement en une vision sans parole et sans action, ne pouvait être maintenue dans des conditions telles que la science y devenait active et faisait afin de connaître.

L’approche proposée ici assume pleinement cette réflexivité : il s’agit du discours d’une amateure, professionnelle de l’innovation, spécialisée dans les relations de la recherche publique avec les petites et moyennes entreprises industrielles et/ou innovantes, les institutions et professionnels des contrats, étudiante en histoire. La démarche adoptée dans le présent document s’intègre dans celle, pragmatique, proposée par T. Hugues des systèmes techniques, usant de concepts arrêtés ici : artefacts, groupes sociaux et khora, traversés par une approche évolutive de systèmes définis ci-après.

A suivre…

[1] Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale : bulletin du Laboratoire d’agronomie coloniale / dir. Auguste Chevalier, Laboratoire d’agronomie coloniale (Paris), 1937, p.131, source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-S-16320, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1224717/f1101.item

[2] Annales de l’Université de Paris / publiées par la Société des amis de l’Université, Société des amis de l’Université de Paris, Bureau des renseignements scientifiques de l’Université de Paris (Paris), 1926, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 4-R-3037, p.206, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k94400w/f212.item

[3] Maître Jacques, 1969, compte rendu, Maître Jacques, Archives de sociologie des religions, Année 1969, Volume 28, Numéro 1 pp. 223-224, http://www.persee.fr/doc/assr_0003-9659_1969_num_28_1_1830_t1_0223_0000_3

[4] T. P. Hughes, Y. Cohen, 1998, article, L’histoire comme systèmes en évolution, in Annales. Histoire, Sciences Sociales Année 1998 Volume 53 Numéro 4 pp. 839-857, http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1998_num_53_4_279702

Quelques éléments de bibliographie :

Métais, 1947, compte-rendu, Mauss, Marcel. Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observation. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux, in Journal de la Société des océanistes, Année 1947, Volume 3, Numéro 3, pp. 155-156, http://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1947_num_3_3_1585_t1_0155_0000_2

Cohen, 1949, CHRONIQUE SOCIOLOGIQUE: Autour de l’ethnographie, in La Pensée : revue du rationalisme moderne, Centre d’études et de recherches marxistes (Paris), Éditions sociales internationales (Paris), septembre 1949, p.93, source : La Pensée, 2009-295008, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58159834/f99.item

Poirier, 1950, article, Marcel Mauss et l’élaboration de la science ethnologique, in Journal de la Société des océanistes, Année 1950, Volume 6, Numéro 6 pp. 212-219, http://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1950_num_6_6_1678

Daumas, 1969, L’histoire des techniques : son objet, ses limites, ses méthodes. In: Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, tome 22, n°1, 1969. pp. 5-32, http://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1969_num_22_1_2574

Gille, 1979, La notion de  »système technique » (essai d’épistémologie technique), Centre de recherche sur la culture technique, Neuilly-sur-Seine (FRA), http://hdl.handle.net/2042/30607

Hughes, O. Coutard, 1996, compte-rendu, Quinze ans de recherches historiques et sociales sur les grands systèmes techniques. Un entretien avec Thomas Hughes, Flux Année 1996 Volume 12 Numéro 25 pp. 40-43, http://www.persee.fr/doc/flux_1154-2721_1996_num_12_25_1678

Arendt, 1972, La crise de la culture, in La tradition et l’âge moderne, coll. Folio essais, éd. Gallimard, 1972 pour la traduction française

[i] https://fr.wikipedia.org/wiki/Denise_Paulme, consulté le 10/01/2015

[ii] https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Mauss dans le paragraphe « Bibliographie » de Marcel Mauss, intitulé Écrits de Marcel Mauss par année de publication (liste non exhaustive), consulté le 10/01/2015

[iii] Le concept de technologie est ici employé, pour simplifier dans un premier temps, dans le sens d’une articulation entre sciences et techniques selon (M. Daumas, 1969)

 

Humanités numériques : une contre-culture académique ?

Il y a un peu plus d’un an, le 3 octobre 2014, le journal Libération relayait une des recommandations du Conseil National du Numérique, en publiant un article de l’AFP intitulé : Vers un baccalauréat HN, comme humanités numériques (1) ?

Ce nouveau bac s’inscrirait dans son époque […] au croisement des sciences, lettres, et sciences humaines et sociales, en décloisonnant ces champs du savoir. Il refléterait l’aventure de la jeunesse et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design, mais aussi la découverte des big data, de la datavisualisation, des métiers informatiques et créatifs.

L’article se concluait par l’annonce faite auparavant par la ministre à la TV ; chaque collégien disposerait d’une tablette à la rentrée 2016. Une telle ambition, susceptible d’interroger tout parent ou enseignant-e (les écrans sont-ils recommandés pour nos enfants, nos élèves ?), m’a conduite à poursuivre l’investigation sur le thème proposé par Jean-Marie Gilliot, « Humanités Numériques », enseignant dans le cadre du MII HST-HN de l’Université de Bretagne Occidentale.

Humanités numériques : un oxymore ?

Les humanités – que d’aucun-e jugerait poussiéreuses d’un latin antique ou d’une Grèce archaïque, interrogent, lorsqu’elle sont qualifiées de numériques. Par un oxymore révélateur, les humanités numériques ou digital humanities désignent, au contraire, tout à la fois la nouveauté d’une approche métholodogique, d’un champ de recherche, de communuautés de pratiques… à l’image d’un renouveau transdisciplinaire portant sur le champ des sciences humaines et sociales outillées de technologies numériques… et vice-versa.

Les digital humanities ne font pas table rase du passé.

Le manifeste élaboré par la communauté française du champ des humanités numériques en 2010 précise, en son premier point, que

le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. Les humanités numériques concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Elles s’appuient (…) sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines (…)

Une contre-culture académique ?

Se développent un dialogue complexe, des pratiques collaboratives différentes, partagées par des enseignants-chercheurs de disciplines différentes, étudiant-e-s, professionnel-le-s ou amateurs et amatrices, donnant lieu à la multiplication et la diffusion de références internationales telles les THATCAMP, ou non-conférences qui font l’objet de publications de non-actes.

Le processus, au sein de ces espaces géographiques et temporels de rencontres humaines, se crée, se forme et produit des échanges, des dispositifs, des perspectives heuristiques (2). Le déroulé de la non-conférence, ses modalités d’organisation et sa réalisation se définissent comme une création collaborative dans une unité de lieu et de temps. Une expérimentation en temps réel de nouvelles pratiques ouvertes et questionnantes permet de mobiliser et de produire différemment des savoirs et de les diffuser selon des modes, méthodes ou outils innovants.

Soucieuse de mieux se faire connaître, de se reconnaître mutuellement, la communauté organise le 19 mai le Day of DH, journée où la communauté se décrit, s’observe et diffuse ses identités en formation, multiples, diverses et internationales.

On comprend donc peu, à ce stade, le lien opéré (dans l’article de l’AFP) entre la recommandation d’un baccalauréat technologique pluridisciplinaire – intitulé humanités numériques, et l’utilité de tablettes numériques remises aux élèves sans le latin… Un sujet que les communautés « humanités numériques » s’approprieront, peut-être ?

Pour aller plus loin :

https://www.zotero.org/search/type/group/q/digital%20humanities/page/1
http://www.institutfrancais.com/fr/actualit%C3%A9s/humanites-numeriques
(1) Libération, 3/10/2014, par AFP, 13h20, http://www.liberation.fr/societe/2014/10/03/vers-un-bac-hn-comme-humanites-numeriques_1114116, consulté le 19/10/2015 à 7h.
(2) Manifeste des Digital Humanities, Marin Dacos, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 20/10/2015, à 9h36