Archives par mot-clé : non-conférence

Humanités numériques : une contre-culture académique ?

Il y a un peu plus d’un an, le 3 octobre 2014, le journal Libération relayait une des recommandations du Conseil National du Numérique, en publiant un article de l’AFP intitulé : Vers un baccalauréat HN, comme humanités numériques (1) ?

Ce nouveau bac s’inscrirait dans son époque […] au croisement des sciences, lettres, et sciences humaines et sociales, en décloisonnant ces champs du savoir. Il refléterait l’aventure de la jeunesse et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design, mais aussi la découverte des big data, de la datavisualisation, des métiers informatiques et créatifs.

L’article se concluait par l’annonce faite auparavant par la ministre à la TV ; chaque collégien disposerait d’une tablette à la rentrée 2016. Une telle ambition, susceptible d’interroger tout parent ou enseignant-e (les écrans sont-ils recommandés pour nos enfants, nos élèves ?), m’a conduite à poursuivre l’investigation sur le thème proposé par Jean-Marie Gilliot, « Humanités Numériques », enseignant dans le cadre du MII HST-HN de l’Université de Bretagne Occidentale.

Humanités numériques : un oxymore ?

Les humanités – que d’aucun-e jugerait poussiéreuses d’un latin antique ou d’une Grèce archaïque, interrogent, lorsqu’elle sont qualifiées de numériques. Par un oxymore révélateur, les humanités numériques ou digital humanities désignent, au contraire, tout à la fois la nouveauté d’une approche métholodogique, d’un champ de recherche, de communuautés de pratiques… à l’image d’un renouveau transdisciplinaire portant sur le champ des sciences humaines et sociales outillées de technologies numériques… et vice-versa.

Les digital humanities ne font pas table rase du passé.

Le manifeste élaboré par la communauté française du champ des humanités numériques en 2010 précise, en son premier point, que

le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. Les humanités numériques concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Elles s’appuient (…) sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines (…)

Une contre-culture académique ?

Se développent un dialogue complexe, des pratiques collaboratives différentes, partagées par des enseignants-chercheurs de disciplines différentes, étudiant-e-s, professionnel-le-s ou amateurs et amatrices, donnant lieu à la multiplication et la diffusion de références internationales telles les THATCAMP, ou non-conférences qui font l’objet de publications de non-actes.

Le processus, au sein de ces espaces géographiques et temporels de rencontres humaines, se crée, se forme et produit des échanges, des dispositifs, des perspectives heuristiques (2). Le déroulé de la non-conférence, ses modalités d’organisation et sa réalisation se définissent comme une création collaborative dans une unité de lieu et de temps. Une expérimentation en temps réel de nouvelles pratiques ouvertes et questionnantes permet de mobiliser et de produire différemment des savoirs et de les diffuser selon des modes, méthodes ou outils innovants.

Soucieuse de mieux se faire connaître, de se reconnaître mutuellement, la communauté organise le 19 mai le Day of DH, journée où la communauté se décrit, s’observe et diffuse ses identités en formation, multiples, diverses et internationales.

On comprend donc peu, à ce stade, le lien opéré (dans l’article de l’AFP) entre la recommandation d’un baccalauréat technologique pluridisciplinaire – intitulé humanités numériques, et l’utilité de tablettes numériques remises aux élèves sans le latin… Un sujet que les communautés « humanités numériques » s’approprieront, peut-être ?

Pour aller plus loin :

https://www.zotero.org/search/type/group/q/digital%20humanities/page/1
http://www.institutfrancais.com/fr/actualit%C3%A9s/humanites-numeriques
(1) Libération, 3/10/2014, par AFP, 13h20, http://www.liberation.fr/societe/2014/10/03/vers-un-bac-hn-comme-humanites-numeriques_1114116, consulté le 19/10/2015 à 7h.
(2) Manifeste des Digital Humanities, Marin Dacos, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 20/10/2015, à 9h36