Revue de lecture de Franck Varenne, Le Savoir en Simulation, 2015

[work in progress]

Ce billet est une première tentative de revue de lecture d’un article de Franck Varenne, philosophe, publié en 2015 dans la revue Médium, dans le volume intitulé « Demain l’école ». Elle s’inscrit dans le cadre de travaux préparatoires et de recherche sur la question (nouvelle?) de l’interdisciplinarité. Elle reprend donc les intitulés des paragraphes tels qu’écrits par l’auteur : qu’il soit ici remercié de son indulgence à l’égard de cette revue.

 

Academic Study of the Male, 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Tentative de résumé
Dépassant l’ambivalence entre déterminisme technique et social (revue Médium), questionnant la position dominante des disciplines de l’économie et la sociologie dans l’élaboration du récit relatif au tournant computationnel (ou à l’émergence du numérique de l’école à l’université), l’auteur propose un modèle spatio-temporel de construction pluridisciplinaire des savoirs et de leur transmission. Les cadres conceptuels disciplinaires bien que préservés, se discrétisent au profit d’un processus d’agrégation de ceux-ci, confinés à la marge de la méthode – la simulation (scientifique) par computer orientée-objets (les savoirs) – au fil d’une recherche collective en train de se faire. Au « monde virtuel » de GAFAs offert à la contemplation médiatisée bien souvent mono-formalisée du consommateur; au monde du bioconservatisme discriminant de la réification de l’enfant « bio », l’auteur oppose un objet virtuel sérieux dont on ne sait affirmer ni nier les effets de réel ou de réalité du système de symboles que parcourent et construisent les sujets éventuellement disciplinaires, si ce n’est que de tels symboles n’offrent de prises que s’ils renvoient chacun à un référent déjà éprouvé ou éprouvable dans le monde physique.
Il s’agit aussi [de mon point de vue] de partage du sensible (Rancière, 2000) et d’appréhender la complexité du monde social en créapprenant collectivement [à devenir citoyen-ne du monde ?].

 

Tentative de revue racontée

 

Tablette vs computer literacy

Obnoxious Liberals, 1982, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

L’auteur décrit sans ambages les effets d’aplatissement spatial (Cauvin) et temporel de la tablette sur nos perceptions, nous réduisant à l’impuissance née de notre rapport au temps (Lagneau). Si les usages réels de la tablette (d’internet ou des réseaux) sont très majoritairement unilinéaires – du réseau vers l’utilisateur – l’auteur affirme que le rapport de l’école au numérique ne se réduit pas à celle-ci.  L’élaboration et le travail sur le contenu est le fait de gens dotés d’un PC et d’une computer literacy.

La tablette reste un objet de débat en trompe l’oeil,  et ce n’est pas le récit d’un extériorisme intellectuel délocalisant une mise en commun des extensions du corps propre dans un nouvel espace d’appropriation des savoirs (Serres) ou les analyses euphoriques d’iconoclastes para-théologiques douteux comme Debord et Ellul qui autorisent l’oubli ou la minoration de la vie organique et la pulsion individuelles situées

 

La simulation sur computer

La simulation sur computer ne se réduit pas elle-même à un dispositif de médiation inter-humaine directe (comme celui de la tablette etc.) : elle y est autrement normée, élaborée, contrainte et mise en forme. La simulation sérieuse est le fait de scientifiques, (…) lié à l’élaboration même de ces savoirs qui seront un jour transmis.

Ascent – 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Sur le terrain des sciences entrain de se faire, l’auteur entend montrer que l’épistémologie réellement nouvelle consiste pour les sciences humaines à prendre en compte l’hétérogénéité spatiale dans le temps des phénomènes humains.

Précisant la sémantique relative au computationnel, l’auteur observe que ordinateur* ou informatique* sont des mots qui ne suffisent pas à signifier l’histoire des computer sciences. La simulation n’est ni une « nouvelle écriture » (Dagognet, Quéau), ni (…) une simple « intuition augmentée » (Lévy) : plus riche encore qu’un médium (au sens de la médiologie) elle remet en cause les épistémologies des sciences concernées.

 

Une innovation épistémologique : la simulation intégrative à base spatiale

L’auteur reconnaît la réalité de l’essor des big data et de l’analyse statistique massive, résultant en contenus ponctuels qui ne bouleversent pourtant pas la forme traditionnelle voire préférentielle (Ricoeur) de l’élaboration et de la diffusion de savoirs en sciences humaines, à savoir le récit.

50 cent Piece – 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

C’est dans la circulation depuis les années 1990, au sein de groupes pluridisciplinaires, de la programmation orientée-objets (…) centrée sur les éléments composant le système cible, sur leurs représentations symboliques multidimensionnelles et sur la représentation plus ou moins explicites de leurs propriétés que s’est construite l’innovation épistémologique.

En s’appuyant sur l’exemple du SIG de la Mesa Verde réalisé par l’équipe de Tim Kohler de l’université de l’Etat de Washington, l’auteur montre comment le tournant computationnel a favorisé l’émergence d’une innovation épistémologique majeure : la simulation intégrative à base spatiale, pluri-aspectuelle et donc pluriformalisée. Ce ne sont ni les big data, ni l’analyse statistique de données qui fournissent modèles au sens fort ou, à fortiori, simulation.

 

Affiner les concepts pour percevoir les symboles

La complexité d’un SIG lieu temporalisé ou d’une simulation intégrative pluriformalisée, tient notamment de la complexité réelle de ces nouvelles interactions symboliques qui elles-même nous rendent le plus souvent (…) myopes sur les concepts utilisés. Il ne s’agit pas d’une nième technologie paradigmatique réductrice totalisante mais d’un processus articulant pas-à-pas aux autres savoirs ces savoirs disciplinaires qui n’ont plus à entrer dans un format verbal unique et mono-formalisé : les disciplines n’ont plus à produire de discours préalables.

Bird on Money – 1981, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Les concepts ne sont alors plus juxtaposés; ils sont littéralement atomisés, décomposés et s’intriquent(*) computationnellement les uns dans les autres au sein de construits pluridisciplinaires faisant émerger une convergence agrégeante des savoirs et des systèmes symboliques associés. L’expérience de cet espace-temps virtuel complexe peut alors servir à la figuration de concepts nouveaux – contre-intuitifs peut-être.

Pour l’auteur, il ne s’agit pas de la fin du concept car aucun formalisme ne reformule les autres dans son propre langage, ni d’ailleurs y absorbe tous les autres à son seul profit; c’est la fin de l’exclusivité du concept à remplissement intuitif au profit de l’expérience sensible (privée ou publique) sur un objet virtuel. Ce processus maintient bien un espace rugueux de savoirs en coexistence et en interaction,concepts d’intuition « pure » et expérience corporelle locale non instrumentée s’affrontent par le traditionnel récit disciplinaire… L’objet résultant du processus d’aggrégation n’est pas un médiateur, car formé de systèmes de symboles dépourvus entre eux de hiérarchie : il est objet à expérimentation-création, objet virtuel sérieux (ou simulat ?) doté d’une épaisseur* réalisant en son sein un entrelacs inextricable de chemins du retour aux références – au monde « réel ».

 

Les limites du bioconservatisme épistémologique

La transmission des disciplines et l’écolier (sensible) ne pourront que bénéficier de telles simulations sérieuses : le rapport au monde physique et imaginaire y est une nécessité pour piquer la curiosité (ou donner sens au symbole/signe); la complexité du monde social y est tangible par l’expérience de l’engagement créatif dans le processus de la simulation. Sereinement les étudiant-es débutant-es sauront que l’explication heuristique du monde par l’économie ou celle despatialisée des modèles sociologiques ne suffisent pas à en décrire la complexité.

Philistines – 1982, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

L’auteur dénonce le jugement hâtif des bioconservateurs sur ces objets d’apprentissage pris comme outils de conversion au capitalisme ou à l’économicisme : faire des concepts bio [en dehors de la prise en compte de La technique, ndlr] peut conduire à une forme de discrimination des problématiques posées par les technologies d' »augmentation virtuelle » de l’humain.

 

Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, éd. La fabrique, 2000, ISBN 978-2 913372 05 4

*ordinateur : machine à ordonner et à traiter de l’information (voir note 3.)
*informatique  : discutable lorsqu’il est appliqué pour prétendre traduire génériquement computer science et pas uniquement pour désigner le traitement de l’information par computer (ibid)
*épaisseur du simulat : voire Franck Varenne, « La reconstruction phénoménologique par simulation : vers une épaisseur du simulat », in Daniel Parrochia et Valentina Tirloni, Formes, systèmes et milieux techniques après Simondon, Lyon, Jacques André Éditeur, 2012, p. 107-123.
* l’intrication des concepts dans le simulat/aggrégat fait l’objet d’une interrogation de ma part : supposant que l’objet lui-même (ici, le concept) ne soit pas défini sans sujet, l’atomisation et la décomposition des concepts tels que décrits par Franck Varenne – qui par ailleurs préservent à la fois le rapport au réel ou à la réalité du processus associé à la simulation – même si elle suppose l’absence de discours préalable n’en élimine pas – à priori – l’acte ou l’intention d’insérer ce concept là dans le processus. En ce sens, le rapport hiérarchique, s’il n’existe pas (ou peut-être pas) entre les concepts eux-mêmes – une forme d’absence de hiérarchie disciplinaire alors déligitimée – cela supprime-t’il pour autant l’action du sujet et donc les rapports de domination qui participe du processus collectif ? En l’absence de résolution de cette question [pour ma part], je suggère d’utiliser le terme d’imbrication qui, dans le champ des études de genre, tient compte de la complexité des processus de domination d’un sujet sur un autre (outre le genre du sexe dans l’oppression des femmes, il est nécessaire de tenir compte aussi du racisme, d’actes perceptifs ou législatifs relatifs à l’orientation sexuelle etc.).
Quelques références citées dans l’article :
Jules LAGNEAU, « Cours sur la perception », in Célèbres Leçons, P.U.F., pp. 175-176, http://philia.online.fr/txt/lagn_001.php
Rieffel Rémy (1954-….). Sociologie des médias.4e édition actualisée et augmentée.Paris : Ellipses, 2015.(Infocom). 1 vol. (231 p.). ISBN 978-2-340-00819-9
Rieffel Rémy (1954-….). Révolution numérique, révolution culturelle ?.[Paris] : Gallimard, 2014.(Folio ; 159). 1 vol. (348 p.). ISBN 978-2-07-045172-2
Cauvin Emmanuel, « Du livre à l’écran », Médium, 2014/2 (N° 39), p. 160-173. DOI : 10.3917/mediu.039.0160. URL : http://www.cairn.info/revue-medium-2014-2-page-160.htm
Franck Varenne, Qu’est-ce que l’informatique ?, Vrin 2009

Franck Varenne, Du modèle à la simulation informatique, Vrin, 2007