revue de lecture de T. Gillespie | HIIG #Plateforme : une métaphore pour cacher un dogme politique ET le travail « digital »

http://culturedigitally.org/2017/08/platform-metaphor/

https://www.hiig.de/en/dossier/how-metaphors-shape-the-digital-society/

[Work in progress]

A ce stade, la revue ne présente pas de discussion : trois autres articles du même dossier publié par l’HIIG feront l’objet d’une revue complémentaire sur la métaphore plateforme. La mise en forme reste sommaire. Je sollicite ici l’indulgence de l’auteur de l’article pour ce texte en français sur un article écrit en anglais, qu’il en soit remercié. N’est pas mentionné la spécificité et l’histoire du glissement sémantique, notamment ainsi que de nombreux exemples et citations illustrant les propos de l’auteur (dont Youtube & Google).

 

#The Platform Metaphor, Revisited

auteur : Tarleton Gillespie

date : 24 août 2017

 

## intro

### meilleurs succès économiques et financiers de l’internet basés sur l’idée d’offrir une plateforme

### métaphore : « bon » usage quotidien et extension du sens (de la métaphore) au delà de l’objet (produit ou service) réel.

Les services web2.0 ne permettent pas seulement l’échange de contenu ou de sociality [sociabilité], mais le transport (Uber), des appartements ou du travail.

 

## From programmability to opportunity

du programmable à l’opportunité/la fortune

Fondé par la lexicographie des média sociaux, la plateforme adopte un sens computationnel, celui d’une infrastructure programmable. Mais les nouveaux usages cachent l’objet programmable pour dessiner une architecture à partir de laquelle il est possible de s’exprimer ou d’agir – comme une plateforme logistique ou une scène politique. La plateforme fournit alors l’opportunité de parler, de se socialiser et de participer.

L’usage de la métaphore est accepté largement par les producteurs de plateformes eux-mêmes, conduisant à l’imaginaire d’un espace ouvert de jeux gratuits, respectueux et impartial. Mais l’analogie déforme la description matérielle des phénomènes sous-jacents à ces services ; c’est l’objet d’une telle métaphore : prendre le web2.0 pour ce qu’il n’est pas. Elle fournit un sentiment/sensation de puissance ou de jouissance de l’usager, un poste d’observation d’où agir, un podium où se tenir.

 

## Ce que les métaphores cachent

A metaphorical concept can keep us from focusing on other aspects of the concept that are inconsistent with that metaphor, (Lakoff & Johnson)

(Im)possible, Fort de Tourneville, Le Havre, photographie : AsMad creation

Plus l’écart entre l’objet réel et la métaphore qui le désigne est grand, plus l’attention de l’usager est détournée des objets qui semblent non signifiés dans le périmètre du mot plateforme. La métaphore met en tension – au sein d’un médium d’échanges – des champs sémantiques distincts, voire incompatibles.

La plateforme cache :

### la profondeur associée aux services fournis : ils ne sont pas « plats »

Une combinaison entre l’organisation de l’information fournie par la plateforme et les modalités d’usage d’individus telles qu’enregistrées par la plateforme se négocient L’information circule dans un environnement dont les contours sont issus de cette combinaison. Elle ne préserve pas la communauté d’usagers de producteurs de trolls conduisant à la privatisation d’espaces et à l’action de brigades pour des attaques ciblées.

### La métaphore rend obscurs les contenus discutables ou litigieux et leurs communautés

Les intentions des utilisateurs conduisent à une ambivalence des besoins entre visibilité, incognito et collectif. La plateforme n’est dont pas une opportunité/fortune mais une relation discutable entre la plateforme et ses usagers sur les notions d’identité et de but.

### Responsabilités des plateformes et traces publiques

Les plateformes refusent l’identification fonctionnelle aux médias en arguant d’une activité comparable à celle de trains d’informations (usant là aussi d’autres métaphores : conduit, media, network). De la sorte, aux Etats-Unis en particulier, Facebook refuse la qualification de média et de se soumettre aux attentes publiques et politiques associées imposées aux média.

### le travail de production et maintenance caché par la métaphore

Le travail sous-jacent à la mise en oeuvre et l’exploitation d’une plateforme est rendu non visible aux usagers – Underneath a platform is an empty, dusty space – it’s just there. La production d’algorithmes et la censure de contenus litigieux est réalisée par des humain-es : mais la plateforme décourage l’interrogation des modalités d’intervention humaine et des raisons pour lesquelles cette question doit être posée. Platform discourages us from asking these questions, by leaving the labor out of the picture.

 

## conclusion

Il ne s’agit pas d’ignorer ou de tenter de remplacer la métaphore : ce qu’elle cache ne peut pas être effacé. Il s’agit de lutter contre la puissance du champ discursif dominant ou de jouer à le subvertir. A contrario de sa destination actuelle, la plateforme peut se voir assigner d’héberger le travail réel, de le protéger, tout comme d’assumer la responsabilité d’exposer les sujets usagers. D’autres métaphores peuvent entrer dans le jeu : bazar, centre commercial…, pyramides humaines etc.

Il est possible de scruter la plateforme pour identifier ce qui n’est pas mis en lumière et de définir des interventions qui comblent les phénomènes obscurs. Révéler ces derniers est susceptible de déstabiliser la plateforme en retour  : plateforms downplay theses aspects at their own peril.

Enregistrer

Humanités numériques : une contre-culture académique ?

Il y a un peu plus d’un an, le 3 octobre 2014, le journal Libération relayait une des recommandations du Conseil National du Numérique, en publiant un article de l’AFP intitulé : Vers un baccalauréat HN, comme humanités numériques (1) ?

Ce nouveau bac s’inscrirait dans son époque […] au croisement des sciences, lettres, et sciences humaines et sociales, en décloisonnant ces champs du savoir. Il refléterait l’aventure de la jeunesse et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design, mais aussi la découverte des big data, de la datavisualisation, des métiers informatiques et créatifs.

L’article se concluait par l’annonce faite auparavant par la ministre à la TV ; chaque collégien disposerait d’une tablette à la rentrée 2016. Une telle ambition, susceptible d’interroger tout parent ou enseignant-e (les écrans sont-ils recommandés pour nos enfants, nos élèves ?), m’a conduite à poursuivre l’investigation sur le thème proposé par Jean-Marie Gilliot, « Humanités Numériques », enseignant dans le cadre du MII HST-HN de l’Université de Bretagne Occidentale.

Humanités numériques : un oxymore ?

Les humanités – que d’aucun-e jugerait poussiéreuses d’un latin antique ou d’une Grèce archaïque, interrogent, lorsqu’elle sont qualifiées de numériques. Par un oxymore révélateur, les humanités numériques ou digital humanities désignent, au contraire, tout à la fois la nouveauté d’une approche métholodogique, d’un champ de recherche, de communuautés de pratiques… à l’image d’un renouveau transdisciplinaire portant sur le champ des sciences humaines et sociales outillées de technologies numériques… et vice-versa.

Les digital humanities ne font pas table rase du passé.

Le manifeste élaboré par la communauté française du champ des humanités numériques en 2010 précise, en son premier point, que

le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. Les humanités numériques concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Elles s’appuient (…) sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines (…)

Une contre-culture académique ?

Se développent un dialogue complexe, des pratiques collaboratives différentes, partagées par des enseignants-chercheurs de disciplines différentes, étudiant-e-s, professionnel-le-s ou amateurs et amatrices, donnant lieu à la multiplication et la diffusion de références internationales telles les THATCAMP, ou non-conférences qui font l’objet de publications de non-actes.

Le processus, au sein de ces espaces géographiques et temporels de rencontres humaines, se crée, se forme et produit des échanges, des dispositifs, des perspectives heuristiques (2). Le déroulé de la non-conférence, ses modalités d’organisation et sa réalisation se définissent comme une création collaborative dans une unité de lieu et de temps. Une expérimentation en temps réel de nouvelles pratiques ouvertes et questionnantes permet de mobiliser et de produire différemment des savoirs et de les diffuser selon des modes, méthodes ou outils innovants.

Soucieuse de mieux se faire connaître, de se reconnaître mutuellement, la communauté organise le 19 mai le Day of DH, journée où la communauté se décrit, s’observe et diffuse ses identités en formation, multiples, diverses et internationales.

On comprend donc peu, à ce stade, le lien opéré (dans l’article de l’AFP) entre la recommandation d’un baccalauréat technologique pluridisciplinaire – intitulé humanités numériques, et l’utilité de tablettes numériques remises aux élèves sans le latin… Un sujet que les communautés « humanités numériques » s’approprieront, peut-être ?

Pour aller plus loin :

https://www.zotero.org/search/type/group/q/digital%20humanities/page/1
http://www.institutfrancais.com/fr/actualit%C3%A9s/humanites-numeriques
(1) Libération, 3/10/2014, par AFP, 13h20, http://www.liberation.fr/societe/2014/10/03/vers-un-bac-hn-comme-humanites-numeriques_1114116, consulté le 19/10/2015 à 7h.
(2) Manifeste des Digital Humanities, Marin Dacos, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 20/10/2015, à 9h36