revue de lecture de T. Gillespie | HIIG #Plateforme : une métaphore pour cacher un dogme politique ET le travail « digital »

http://culturedigitally.org/2017/08/platform-metaphor/

https://www.hiig.de/en/dossier/how-metaphors-shape-the-digital-society/

[Work in progress]

A ce stade, la revue ne présente pas de discussion : trois autres articles du même dossier publié par l’HIIG feront l’objet d’une revue complémentaire sur la métaphore plateforme. La mise en forme reste sommaire. Je sollicite ici l’indulgence de l’auteur de l’article pour ce texte en français sur un article écrit en anglais, qu’il en soit remercié. N’est pas mentionné la spécificité et l’histoire du glissement sémantique, notamment ainsi que de nombreux exemples et citations illustrant les propos de l’auteur (dont Youtube & Google).

 

#The Platform Metaphor, Revisited

auteur : Tarleton Gillespie

date : 24 août 2017

 

## intro

### meilleurs succès économiques et financiers de l’internet basés sur l’idée d’offrir une plateforme

### métaphore : « bon » usage quotidien et extension du sens (de la métaphore) au delà de l’objet (produit ou service) réel.

Les services web2.0 ne permettent pas seulement l’échange de contenu ou de sociality [sociabilité], mais le transport (Uber), des appartements ou du travail.

 

## From programmability to opportunity

du programmable à l’opportunité/la fortune

Fondé par la lexicographie des média sociaux, la plateforme adopte un sens computationnel, celui d’une infrastructure programmable. Mais les nouveaux usages cachent l’objet programmable pour dessiner une architecture à partir de laquelle il est possible de s’exprimer ou d’agir – comme une plateforme logistique ou une scène politique. La plateforme fournit alors l’opportunité de parler, de se socialiser et de participer.

L’usage de la métaphore est accepté largement par les producteurs de plateformes eux-mêmes, conduisant à l’imaginaire d’un espace ouvert de jeux gratuits, respectueux et impartial. Mais l’analogie déforme la description matérielle des phénomènes sous-jacents à ces services ; c’est l’objet d’une telle métaphore : prendre le web2.0 pour ce qu’il n’est pas. Elle fournit un sentiment/sensation de puissance ou de jouissance de l’usager, un poste d’observation d’où agir, un podium où se tenir.

 

## Ce que les métaphores cachent

A metaphorical concept can keep us from focusing on other aspects of the concept that are inconsistent with that metaphor, (Lakoff & Johnson)

(Im)possible, Fort de Tourneville, Le Havre, photographie : AsMad creation

Plus l’écart entre l’objet réel et la métaphore qui le désigne est grand, plus l’attention de l’usager est détournée des objets qui semblent non signifiés dans le périmètre du mot plateforme. La métaphore met en tension – au sein d’un médium d’échanges – des champs sémantiques distincts, voire incompatibles.

La plateforme cache :

### la profondeur associée aux services fournis : ils ne sont pas « plats »

Une combinaison entre l’organisation de l’information fournie par la plateforme et les modalités d’usage d’individus telles qu’enregistrées par la plateforme se négocient L’information circule dans un environnement dont les contours sont issus de cette combinaison. Elle ne préserve pas la communauté d’usagers de producteurs de trolls conduisant à la privatisation d’espaces et à l’action de brigades pour des attaques ciblées.

### La métaphore rend obscurs les contenus discutables ou litigieux et leurs communautés

Les intentions des utilisateurs conduisent à une ambivalence des besoins entre visibilité, incognito et collectif. La plateforme n’est dont pas une opportunité/fortune mais une relation discutable entre la plateforme et ses usagers sur les notions d’identité et de but.

### Responsabilités des plateformes et traces publiques

Les plateformes refusent l’identification fonctionnelle aux médias en arguant d’une activité comparable à celle de trains d’informations (usant là aussi d’autres métaphores : conduit, media, network). De la sorte, aux Etats-Unis en particulier, Facebook refuse la qualification de média et de se soumettre aux attentes publiques et politiques associées imposées aux média.

### le travail de production et maintenance caché par la métaphore

Le travail sous-jacent à la mise en oeuvre et l’exploitation d’une plateforme est rendu non visible aux usagers – Underneath a platform is an empty, dusty space – it’s just there. La production d’algorithmes et la censure de contenus litigieux est réalisée par des humain-es : mais la plateforme décourage l’interrogation des modalités d’intervention humaine et des raisons pour lesquelles cette question doit être posée. Platform discourages us from asking these questions, by leaving the labor out of the picture.

 

## conclusion

Il ne s’agit pas d’ignorer ou de tenter de remplacer la métaphore : ce qu’elle cache ne peut pas être effacé. Il s’agit de lutter contre la puissance du champ discursif dominant ou de jouer à le subvertir. A contrario de sa destination actuelle, la plateforme peut se voir assigner d’héberger le travail réel, de le protéger, tout comme d’assumer la responsabilité d’exposer les sujets usagers. D’autres métaphores peuvent entrer dans le jeu : bazar, centre commercial…, pyramides humaines etc.

Il est possible de scruter la plateforme pour identifier ce qui n’est pas mis en lumière et de définir des interventions qui comblent les phénomènes obscurs. Révéler ces derniers est susceptible de déstabiliser la plateforme en retour  : plateforms downplay theses aspects at their own peril.

Enregistrer

De la geste modernisatrice : trente glorieuses, ravageuses et pollueuses ? Révolution invisible ou grande accélération de l’anthropocène ?

[Work in progress]

Ce billet résulte d’un travail réalisé en 2015-2016 à la demande d’Hervé Ferrière, maître de conférence à l’Université de Bretagne Occidentale, Master II HST, médiation culturelle et humanités numériques.

PROLEGOMENES

Quelques idées précèdent une courte analyse de l’introduction à l’ouvrage dirigé par Bonneuil, Pessis et Topçu paru en 2013.

Reflexivité(S)
En premier lieu, le concept de réflexivité dont l’emploi – dans le texte, couvre trois problématiques.

1. Tout d’abord, l’exercice consiste à relever – dans le texte, les mots de la subjectivité employée à dessein (au moyen de figures de styles) pour illustrer le second propos réflexif (ci-après, voir 2.) : par exemple, « une expression qui colle aux plumes historiennes » relative à cette période historique mal nommée ? La « peine » des historien-ne-s à s’en « dépêtrer », de cette expression « parresseusement reconduite », peut-être par « nostalgie » d’un bien-être indicible à rester plongé dans « le liquide amniotique de la croissance conquérante des années 1960 » (Sirinelli, 2011, p.99 cité par Bonneuil & al., p.5)… toute l’introduction en est parsemée, soit par reprise des expressions de la geste modernisatrice, soit par jeu de déconstruction (pour l’exercice) de ces « vieilles oeillères de la vision du monde des « modernisateurs/rices » ». La première relfexivité est donc celle posée des historien-ne-s sur eux-mêmes, auteur-e-s de l’ouvrage : un subjectivité assumée, voire revendiquée (en lien avec le troisième propos reflexif, la performativité du mythe et contre « la fabrique d’un consensus modernisateur » (Boulat in Bonneuil & al, p. 26) ou pour déconstruire « la capacité d’anticipation et de pénétration cognitive de l’Etat sur la société » (Vadelorge in Bonneuil & al, p.26)).

Between Past and Futur, Hanna Arendt, 1961 (source : Amazon)

2. La proposition de l’ouvrage est bien celle de regarder l’histoire d’après 1945 sous l’oeil critique des historien-ne-s, à la fois dans les choix de sa périodisation, l’étude de sa construction discursive par les modernisateurs/rices au moyen d’une « rhétorique de l’urgence », mais aussi l’étude même de ces acteurs/rices de la modernisation qui « se voulaient des hommes dépourvus d’ascendants » (Dard, 1998, p.36, cité par Bonneuil & al. p.8). Il s’agit donc d’appliquer la reflexivité au sein même du champ disciplinaire en y important, notamment, de nouvelles sources ou de nouveaux concepts issus par exemple, de la sociologie mais aussi des sciences associées aux techniques et à « la nature ».
Il n’est pas anodin de noter ici, que dans leur propre reflexivité (voir la citation de Dard ci-dessus), les chantres du modernisme dévoient un aphorisme du poète René Char, résistant, cité par Arendt dans le recueil de textes titré « between past and futur » : « notre héritage n’est précédé d’aucun testament » (1946, voir Arendt, 1972; p.11).

3. Enfin, il y a cette reflexivité « toute neuve », une nouvelle « modernité reflexive » (oserions-nous citer la COP21 comme exemple ?), « ruse progressiste » issue de la geste modernisatrice, reconduite par les postmodernistes, usant d’un discours sociologique des risques pour expliquer voir reconduire/légitimer l’erreur d’analyse historique des dominant-e-s du champ disciplinaire, évitant ainsi de remettre en cause un discours dominant sans sujet mais pas sans acteurs/rices, qui a pourtant conduit à des dommages significatifs dans l’historiographie des années d’après-guerre, notamment sur les sources du mouvement de 1968 et certaines racines et dimensions de la crise écologique contemporaine (Pestre et Fressoz, 2013, cité par Bonneuil & al. p.6), en particulier la reflexivité environnementale de la société française d’après-guerre.

Performativité du mythe « des trentes glorieuse » : un discours sans sujet

La geste modernisatrice a utilement usé de son opposition à la tradition pour construire un discours sans sujet : le discours modernisateur. Celui-ci a la particularité de n’être porté par aucun sujet, d’être désincarné voir désincorporé (ce qui d’ailleurs le rend tout-puissant), un discours « dont la fonction première est d’exprimer et de produire l’intégration logique et morale de la classe dominante » (Bourdieu & Boltanski, 1973, cité par Bonneuil & al. p. 6). Il n’est donc pas possible de s’y opposer ou presque. Pourtant, « cet ouvrage entend libérer le regard historien du cadrage discursif des acteurs et actrices « modernisateurs/rices » dominant-e-s dans lequel il s’est trouvé pris dans l’immédiat après-guerre, et dont on trouve encore bien des traces, des schèmes de pensée ou, au contraire, des angles morts dans l’historiographie récente » (Bonneuil & al. p.7).

Modus et modo : la geste modernisatrice a-t’elle des racines ?

Entrons alors dans le vif du sujet… par ses fondements dogmatiques (que ferions-nous sans le latin ?) et situations historiques (des mots qui sont datés ?).

0. Ce qu’est « la geste » ?

…l’ensemble des poèmes épiques du Moyen-Âge, relatant les exploits d’un même héros… (Le Petit Robert, 2012).

1. Commençons par la fin … situation historique

(note : à rapprocher des inventions techniques, peut-être) : on trouve facilement, dans le dictionnaire,
– la période de l’émergence du mot : moderne est daté de 1361,
– et celle de l’accélération et la déclinaison de son usage : 1754 moderniser, 1769 moderniste, 1823 modernité, 1876 MODERNISATION et 1896 modern style (pour Art Nouveau)…

Schéma chronologique des quatre périodes de l’Histoire (source:Wikipédia ne citant pas assez ses sources)

De fait, des historiens français périodisent l' »époque moderne » (opposée à la « tradition moyen-âgeuse ») à partir de la découverte des Amériques par Christophe Colomb (une vision colonialiste?), peu après l’invention du mot « moderne », selon le dictionnaire… d’autres la situe beaucoup plus tard (source wikipédia non stabilisée…), l’Art moderne semble lui s’opposer au classique et démarre vers 1870 avec les impressionnistes (wikipédia pas plus stabilisé que l’autre).

Bref, une impasse… euh, « les temps modernes » ?

Original poster for Charlie Chaplin’s 1936 film Modern Times. (source : Wikipédia)

Il faut noter que ce qui sert le discours sans sujet de la geste modernisatrice, ce sont les contraires du mot « moderne » : dépassé, obsolète, traditionnel, vieux. Et dans une autre catégorie, « un peu moins vulgaire mais tout aussi poussiéreuse », dirait la geste (que ferions-nous sans le latin ?) : Ancien, antique, classique.

Tentons une hypothèse de départ : la date du dictionnaire qui nous dit que le mot « moderne » date de 1361…(Le Petit Robert, 2012), sauf que le dictionnaire lui situe le début de l’histoire moderne (la fin du Moyen-Age) comme « traditionnellement » fixée à la chute de Constantinople, en 1453 et jusqu’à la révolution française… à partir de 1789, c’est du contemporain… mais pas encore la geste modernisatrice ? Les historiens sont-ils victimes de leurs traditions, y compris les modernisateurs/rices ?

2. Justement, tentons la piste « que ferions-nous sans le latin » ?

De la racine latine déclarée dans le dictionnaire français, à savoir modernus de « modo », on trouve dans le dictionnaire latin deux sens d’emploi de l’adverbe modo :

  • « dans cette mesure, ni plus, ni moins », en référence à la naissance des artéfacts mesureurs (en particulier en agriculture)
  • une référence temporelle peu ou pas vraiment définie, relative à l’instant, exemplifiée dans le latin par le mot « tantôt » de « tant » et « tôt » (j’y reviens) et une mesure de ce temps (pas très loin du passé ni du futur)…

Sur les mesureurs (Pomian, 2014)

Modo est la déclinaison (ablatif : circonstancielle) du nom latin modus qui a 6 sens :

By Andrew Dunn – Whipple Museum of the History of Science, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=29127

1. mesure (instrument) – mesureur
2. la mesure elle-même – quantité mesurée
3. en musique – intervalles réguliers
4. mesure comme juste mesure, limite convenable : « suus cuique modus est » Cic. Or. 73, il y a une juste mesure appropriée à chaque objet
5. manière, façon, sorte, genre
6. et en grammaire: a. patiendi/faciendi modus – voix passive/active & b. modes des verbes (indicatif, subjonctif, impératif, conditionnel…)

 

On retrouve alors un fond/source conceptuelle du mot « moderne » et « modernisation » dans les sens du mot français « mode », connu surtout dans son usage « moderne » de comportement collectif (souvent massif) attaché à une époque, un lieu ou un milieu (et à des objets ou comportements) :
le mot « mode » date du XVème siècle et prend un premier sens, philosophique, entré dans le dictionnaire français en 1647 :
1. manière d’être d’une substance : « les modes de la logique modale »…
2. en musique, il y a les modes majeurs, mineurs
3. en grammaire, les modes des verbes
4. en mathématique, c’est la classe d’une distribution statistique qui présente la fréquence la plus élevée
5. la forme d’un fait ou d’une action, le genre et la manière (tripes à la mode de Caen)
6. en informatique, un type de fonction: le mode local, connecté, en ligne, conversationnel ou d’adressage.

Sur la référence temporelle

La crise dans la culture, Hannah Arendt, coll. folioessais (source: http://skhole.fr/category/auteurs/arendt-hannah)

C’est la notion la plus complexe et à la fois la plus productive pour tenter de renouveler le concept d’histoire. Pour ne pas trop digresser, disons que derrière ce mot – souvent considéré comme « vulgaire » de « tantôt » (daté de 1160), il y a toute l’intelligence humaine de la mesure du temps « présent » (un peu avant, un peu après) que Arendt redéfini conceptuellement comme « la brèche entre le passé et le futur ». Elle situe la fin de la tradition (et le début de l’âge moderne) dans les théories de Karl Marx (et ses débuts avec l’allégorie de la caverne de Platon) : l’émergence d’une « humanité socialisée » (in Arendt, « la tradition et l’âge moderne », p.30). Parmi les thèses utopistes de Marx, l’une d’elle est ainsi formulée : « dans une « humanité socialisée », « l’Etat dépérirait » et la productivité du travail deviendrait si grande que le travail pourrait disparaître, assurant ainsi une quantité de loisir presque illimitée à chaque membre de la société » (le modèle de la société athénienne, fondement de notre tradition).

BREVE TENTATIVE D’ANALYSE DU TEXTE

Bonneuil & al tentent d’introduire une contre-histoire des « trente glorieuses », en déconstruisant non seulement le discours de la geste modernisatrice – celui de la pensée dominante, mais aussi celui, « neuf », de sa progéniture postmoderniste : il s’agit à la fois de dénoncer le mythe des « trentes glorieuses » mais aussi de se parer contre la nouvelle modernité intégratrice du discours sociologique qui tendrait à légitimer l’occultation de la « réflexivité environnementale » de la société au sortir de la deuxième guerre mondiale et l’élusion de sources et dimensions de la crise écologique actuelle (pestre & fressoz, 2013, cité par Bonneuil & al., p. 5).
Il s’agit de proposer une nouvelle histoire tenant compte des luttes environnementales d’après-guerre et des alertes d’avant 1968, sur l’hypothèse que la notion de « progrès » intrinsèque à la transformation capitaliste, n’a guère été plébiscitée par la société française, en tout cas à toutes les échelles où « la technique devait transformer le social ». Il s’agit de faire entendre « la complainte du progrès », qui précède 1968 et fait écho par la suite, y compris aujourd’hui, de la manière peut-être la plus aigüe.
La première étape est la mise à nu des mythes modernes et la critique du discours dominant comme un discours sans sujet (bourdieu & boltansky, 1973, p.4 cité par Bonneuil). La seconde est l’élaboration de 4 chantiers pour une contre-histoire des années d’après-guerre.

En finir avec la catégorie de « trente glorieuses »

« Usages automatiques, évidences » sur la périodisation baptisée par Fourastié ne vont pas de soi. Tout d’abord, décrypter l’auteur du nom est redonner sens à ce qui préside à cette création/imposture historique des trente glorieuses : Fourastié était expert, investi dans les écoles influentes de la république, auteur d’ouvrages largement diffusés et promouvant « une credo de la modernisation »: il s’agissait de conquérir le pouvoir politique et administratif au moyen d’une « publicisation » du Plan. Récit de la marche glorieuse de la France, figure du haut-fonctionnaire « modernisateur » en croisade contre tout ce qui serait « improductif », cet imaginaire a profondément marqué la champ de la discipline universitaire dans les années 1980 et y laisse encore de profondes traces.

Eclairer le choix de la périodisation permet aussi de cerner le fondement idéologique qui préside à cette catégorisation : la coupure avec Vichy, le souci de gommer les continuités, d’occulter les fonctions occupées, de « fabriquer l’image d’une France moderne héritière exclusive de la France libre et résistance, avec l’urgente nécessité de la modernisation. Tout ce qui ne participe pas à l’avancée dans la modernité est jugé archaïque, passéiste, immobile, en retard : Fourastié scénarise la transformation selon une « temporalité binaire, emblématique et paroxystique du régime d’historicité futuriste » (Hartog, 2003), mobilisant la société autour des mots d’ordre productivistes et consuméristes.
Pourtant, les historien-ne-s ont interrogé ces trajectoires d’acteurs ou technocrates entre Vichy et l’après-guerre, ou questionner la coupure d’avec Vichy (notamment dans le domaine de l’agriculture et de l’injonction de l’occupant allemand d’instaurer un modèle d’agriculture motorisé et intensif en intrants), mettant en évidence l’héritage vichyste de la politique agricole au moment de la création de l’INRA. Outre ces constats, les études menées dès les années 1980 montrent que la période de forte croissance est d’une vingtaine d’années, pas trente et qu’une grande partie de la population en reste écartée : une nouvelle périodisation de la libération vers la moitié des années 1950 émerge, celle de la reconstruction et la période de la transformation du territoire, de son urbanisation, de 1955 à 1973, est caractérisée par une très forte croissance.
En interrogeant la borne supérieur proposée par Faurestié, notamment à la recherche d’une histoire plus profonde des « nouveaux mouvements sociaux », les historien-ne-s mesurent que les premiers combats anti-colonialistes, anti-nucléaires et de critique des politiques urbaines s’étendent entre 1945 et 1968. La réflexivité environnementale de partis et de syndicats et donc la critique du « progrès » n’est donc pas une nouvelle « modernité réflexive », issue du surgissement de mai 1968.
Et ce n’est pas la « restauration de la puissance européenne » qui conduit à la prospérité, mais bien l’exploitation des ressources des colonies qui conduisent à la « grandeur » de la France. Cette « révolution silencieuse » inventée par Faurestié cache mal les bruits assourdissants des essais nucléaires et autres clameur des manifestations paysannes des années 1953-1954 et au début des années 1960, mais elle est reprise massivement dans les ouvrages des historien-ne-s. La logique dominante de la vision du monde forgée par les technocrates modernisateurs/rices d’après-guerre où progrès scientifique et technique guident le progrès social cache mal les laissé-e-s pour compte de cette « modernisation ».

Les quatres chantiers (à venir…)

(Pomian, 2014) Pomian Krzysztof, « De l’exception humaine », Le Débat, 2014/3 (n° 180), p. 31-44. DOI : 10.3917/deba.180.0031. URL : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2014-3-page-31.htm

Enregistrer

Revue de lecture de Franck Varenne, Le Savoir en Simulation, 2015

[work in progress]

Ce billet est une première tentative de revue de lecture d’un article de Franck Varenne, philosophe, publié en 2015 dans la revue Médium, dans le volume intitulé « Demain l’école ». Elle s’inscrit dans le cadre de travaux préparatoires et de recherche sur la question (nouvelle?) de l’interdisciplinarité. Elle reprend donc les intitulés des paragraphes tels qu’écrits par l’auteur : qu’il soit ici remercié de son indulgence à l’égard de cette revue.

 

Academic Study of the Male, 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Tentative de résumé
Dépassant l’ambivalence entre déterminisme technique et social (revue Médium), questionnant la position dominante des disciplines de l’économie et la sociologie dans l’élaboration du récit relatif au tournant computationnel (ou à l’émergence du numérique de l’école à l’université), l’auteur propose un modèle spatio-temporel de construction pluridisciplinaire des savoirs et de leur transmission. Les cadres conceptuels disciplinaires bien que préservés, se discrétisent au profit d’un processus d’agrégation de ceux-ci, confinés à la marge de la méthode – la simulation (scientifique) par computer orientée-objets (les savoirs) – au fil d’une recherche collective en train de se faire. Au « monde virtuel » de GAFAs offert à la contemplation médiatisée bien souvent mono-formalisée du consommateur; au monde du bioconservatisme discriminant de la réification de l’enfant « bio », l’auteur oppose un objet virtuel sérieux dont on ne sait affirmer ni nier les effets de réel ou de réalité du système de symboles que parcourent et construisent les sujets éventuellement disciplinaires, si ce n’est que de tels symboles n’offrent de prises que s’ils renvoient chacun à un référent déjà éprouvé ou éprouvable dans le monde physique.
Il s’agit aussi [de mon point de vue] de partage du sensible (Rancière, 2000) et d’appréhender la complexité du monde social en créapprenant collectivement [à devenir citoyen-ne du monde ?].

 

Tentative de revue racontée

 

Tablette vs computer literacy

Obnoxious Liberals, 1982, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

L’auteur décrit sans ambages les effets d’aplatissement spatial (Cauvin) et temporel de la tablette sur nos perceptions, nous réduisant à l’impuissance née de notre rapport au temps (Lagneau). Si les usages réels de la tablette (d’internet ou des réseaux) sont très majoritairement unilinéaires – du réseau vers l’utilisateur – l’auteur affirme que le rapport de l’école au numérique ne se réduit pas à celle-ci.  L’élaboration et le travail sur le contenu est le fait de gens dotés d’un PC et d’une computer literacy.

La tablette reste un objet de débat en trompe l’oeil,  et ce n’est pas le récit d’un extériorisme intellectuel délocalisant une mise en commun des extensions du corps propre dans un nouvel espace d’appropriation des savoirs (Serres) ou les analyses euphoriques d’iconoclastes para-théologiques douteux comme Debord et Ellul qui autorisent l’oubli ou la minoration de la vie organique et la pulsion individuelles situées

 

La simulation sur computer

La simulation sur computer ne se réduit pas elle-même à un dispositif de médiation inter-humaine directe (comme celui de la tablette etc.) : elle y est autrement normée, élaborée, contrainte et mise en forme. La simulation sérieuse est le fait de scientifiques, (…) lié à l’élaboration même de ces savoirs qui seront un jour transmis.

Ascent – 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Sur le terrain des sciences entrain de se faire, l’auteur entend montrer que l’épistémologie réellement nouvelle consiste pour les sciences humaines à prendre en compte l’hétérogénéité spatiale dans le temps des phénomènes humains.

Précisant la sémantique relative au computationnel, l’auteur observe que ordinateur* ou informatique* sont des mots qui ne suffisent pas à signifier l’histoire des computer sciences. La simulation n’est ni une « nouvelle écriture » (Dagognet, Quéau), ni (…) une simple « intuition augmentée » (Lévy) : plus riche encore qu’un médium (au sens de la médiologie) elle remet en cause les épistémologies des sciences concernées.

 

Une innovation épistémologique : la simulation intégrative à base spatiale

L’auteur reconnaît la réalité de l’essor des big data et de l’analyse statistique massive, résultant en contenus ponctuels qui ne bouleversent pourtant pas la forme traditionnelle voire préférentielle (Ricoeur) de l’élaboration et de la diffusion de savoirs en sciences humaines, à savoir le récit.

50 cent Piece – 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

C’est dans la circulation depuis les années 1990, au sein de groupes pluridisciplinaires, de la programmation orientée-objets (…) centrée sur les éléments composant le système cible, sur leurs représentations symboliques multidimensionnelles et sur la représentation plus ou moins explicites de leurs propriétés que s’est construite l’innovation épistémologique.

En s’appuyant sur l’exemple du SIG de la Mesa Verde réalisé par l’équipe de Tim Kohler de l’université de l’Etat de Washington, l’auteur montre comment le tournant computationnel a favorisé l’émergence d’une innovation épistémologique majeure : la simulation intégrative à base spatiale, pluri-aspectuelle et donc pluriformalisée. Ce ne sont ni les big data, ni l’analyse statistique de données qui fournissent modèles au sens fort ou, à fortiori, simulation.

 

Affiner les concepts pour percevoir les symboles

La complexité d’un SIG lieu temporalisé ou d’une simulation intégrative pluriformalisée, tient notamment de la complexité réelle de ces nouvelles interactions symboliques qui elles-même nous rendent le plus souvent (…) myopes sur les concepts utilisés. Il ne s’agit pas d’une nième technologie paradigmatique réductrice totalisante mais d’un processus articulant pas-à-pas aux autres savoirs ces savoirs disciplinaires qui n’ont plus à entrer dans un format verbal unique et mono-formalisé : les disciplines n’ont plus à produire de discours préalables.

Bird on Money – 1981, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Les concepts ne sont alors plus juxtaposés; ils sont littéralement atomisés, décomposés et s’intriquent(*) computationnellement les uns dans les autres au sein de construits pluridisciplinaires faisant émerger une convergence agrégeante des savoirs et des systèmes symboliques associés. L’expérience de cet espace-temps virtuel complexe peut alors servir à la figuration de concepts nouveaux – contre-intuitifs peut-être.

Pour l’auteur, il ne s’agit pas de la fin du concept car aucun formalisme ne reformule les autres dans son propre langage, ni d’ailleurs y absorbe tous les autres à son seul profit; c’est la fin de l’exclusivité du concept à remplissement intuitif au profit de l’expérience sensible (privée ou publique) sur un objet virtuel. Ce processus maintient bien un espace rugueux de savoirs en coexistence et en interaction,concepts d’intuition « pure » et expérience corporelle locale non instrumentée s’affrontent par le traditionnel récit disciplinaire… L’objet résultant du processus d’aggrégation n’est pas un médiateur, car formé de systèmes de symboles dépourvus entre eux de hiérarchie : il est objet à expérimentation-création, objet virtuel sérieux (ou simulat ?) doté d’une épaisseur* réalisant en son sein un entrelacs inextricable de chemins du retour aux références – au monde « réel ».

 

Les limites du bioconservatisme épistémologique

La transmission des disciplines et l’écolier (sensible) ne pourront que bénéficier de telles simulations sérieuses : le rapport au monde physique et imaginaire y est une nécessité pour piquer la curiosité (ou donner sens au symbole/signe); la complexité du monde social y est tangible par l’expérience de l’engagement créatif dans le processus de la simulation. Sereinement les étudiant-es débutant-es sauront que l’explication heuristique du monde par l’économie ou celle despatialisée des modèles sociologiques ne suffisent pas à en décrire la complexité.

Philistines – 1982, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

L’auteur dénonce le jugement hâtif des bioconservateurs sur ces objets d’apprentissage pris comme outils de conversion au capitalisme ou à l’économicisme : faire des concepts bio [en dehors de la prise en compte de La technique, ndlr] peut conduire à une forme de discrimination des problématiques posées par les technologies d' »augmentation virtuelle » de l’humain.

 

Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, éd. La fabrique, 2000, ISBN 978-2 913372 05 4

*ordinateur : machine à ordonner et à traiter de l’information (voir note 3.)
*informatique  : discutable lorsqu’il est appliqué pour prétendre traduire génériquement computer science et pas uniquement pour désigner le traitement de l’information par computer (ibid)
*épaisseur du simulat : voire Franck Varenne, « La reconstruction phénoménologique par simulation : vers une épaisseur du simulat », in Daniel Parrochia et Valentina Tirloni, Formes, systèmes et milieux techniques après Simondon, Lyon, Jacques André Éditeur, 2012, p. 107-123.
* l’intrication des concepts dans le simulat/aggrégat fait l’objet d’une interrogation de ma part : supposant que l’objet lui-même (ici, le concept) ne soit pas défini sans sujet, l’atomisation et la décomposition des concepts tels que décrits par Franck Varenne – qui par ailleurs préservent à la fois le rapport au réel ou à la réalité du processus associé à la simulation – même si elle suppose l’absence de discours préalable n’en élimine pas – à priori – l’acte ou l’intention d’insérer ce concept là dans le processus. En ce sens, le rapport hiérarchique, s’il n’existe pas (ou peut-être pas) entre les concepts eux-mêmes – une forme d’absence de hiérarchie disciplinaire alors déligitimée – cela supprime-t’il pour autant l’action du sujet et donc les rapports de domination qui participe du processus collectif ? En l’absence de résolution de cette question [pour ma part], je suggère d’utiliser le terme d’imbrication qui, dans le champ des études de genre, tient compte de la complexité des processus de domination d’un sujet sur un autre (outre le genre du sexe dans l’oppression des femmes, il est nécessaire de tenir compte aussi du racisme, d’actes perceptifs ou législatifs relatifs à l’orientation sexuelle etc.).
Quelques références citées dans l’article :
Jules LAGNEAU, « Cours sur la perception », in Célèbres Leçons, P.U.F., pp. 175-176, http://philia.online.fr/txt/lagn_001.php
Rieffel Rémy (1954-….). Sociologie des médias.4e édition actualisée et augmentée.Paris : Ellipses, 2015.(Infocom). 1 vol. (231 p.). ISBN 978-2-340-00819-9
Rieffel Rémy (1954-….). Révolution numérique, révolution culturelle ?.[Paris] : Gallimard, 2014.(Folio ; 159). 1 vol. (348 p.). ISBN 978-2-07-045172-2
Cauvin Emmanuel, « Du livre à l’écran », Médium, 2014/2 (N° 39), p. 160-173. DOI : 10.3917/mediu.039.0160. URL : http://www.cairn.info/revue-medium-2014-2-page-160.htm
Franck Varenne, Qu’est-ce que l’informatique ?, Vrin 2009

Franck Varenne, Du modèle à la simulation informatique, Vrin, 2007

Entre geste et présence numérique, ébauche des contours de l’océan numérique des savoirs

[Work in progress]

Denise Paulme devient docteure en droit de l’Université de Paris en 1936 [1]. Elle apparaît sur la toile (Wikipédia) comme l’éditrice[i], en tout cas, la responsable de la première publication[ii] du Manuel d’Ethnographie de Marcel Mauss (P. Métais, 1947, p .155, M. Cohen, 1949, p.93) chercheur et professeur de l’Université de Paris (et fondateur de l’Institut d’Ethnologie en 1925 [2]), connu comme maître de presque tous les ethnologues français contemporains (J. Poirier, 1950, p. 212).

Aussi bien Marcel Mauss était-il le dernier homme au monde à pouvoir publier un « Cours ». Son cours était pour lui une sorte de conversation à peine ordonnée, un exposé de caractère apparemment décousu (…)

(P. Métais, 1947, p.155)

Ce Manuel d’Ethnographie est l’un des textes de référence en histoire des sciences et techniques et dans nombre d’autres disciplines (voir par exemple Figure 2). Il illustre, dans son genre (voir infra, note 1), simultanément, la fugacité de l’action scientifique – par la référence, ici dans la discipline historique, à un savoir diffusé à partir d’un support de « cours » contenant des notes prises lors d’un processus de création d’un savoir socialisé, et la permanence de la fabrication de savoirs locaux – à savoir ceux de l’Institut d’Ethnologie établis entre 1925 et 1939, notamment sous forme d’essais, de compte-rendu, de monographies, au moyen d’un apprentissage (le manuel) en même temps que de l’établissement de pratiques scientifiques communes et de recueil de sources diverses ou données (voir Figure 1).

Figure 1 : extrait du compte-rendu de Maître Jacques, p. 156, 1969, [3]

En résultent un ensemble de connaissances certifiées au sein d’une communauté cognitive (épistémique et de pratiques) qui a fertilisé nombre de champs disciplinaires pré existants et révolutionné tant la sociologie que l’histoire des sciences et techniques, l’océanographie etc. ([3] p.223, J. Poirier, 1950, p. 217).

Figure 2 : Extrait de l’article de Jean Poirier, p. 217, 1969 (J. Poirier, 1969).

Histoire et technologie[iii] se définissent, au sein de systèmes techniques dynamiques – du point de vue de l’historien des techniques (T. Hugues, 1998, in [4] p.857 ou B. Gille, 1979) ou au sein de réseaux d’acteurs – du point de vue de sociologues héritiers de M. Mauss (T. Hughes, O. Coutard, 1996, p. 41), avec toutefois deux difficultés : la première touche à la réflexivité de l’historien – technicien par rapport à son objet de recherche, aussi sujet-acteur de ses propres pratiques scientifiques (défricheur, accumulateur, créateur individuel ou correcteur d’entrants saillants sur une ou des « frontières mobiles »), difficulté qui conduit à s’interroger sur ce qu’est l’histoire des techniques ou l’histoire des technologies (history of technology), dont les tentatives de définitions successives (L. Marx, D. Edgerton, etc.) conduisent à conclure à une forme de circularité que résume de manière limpide Hannah Arendt (H. Arendt, 1972, p.56) :

L’esprit de la science moderne s’exprime dans la philosophie cartésienne du doute et de la défiance (…) La hiérarchie traditionnelle qui voulait que la vérité fût en dernière instance perçue seulement en une vision sans parole et sans action, ne pouvait être maintenue dans des conditions telles que la science y devenait active et faisait afin de connaître.

L’approche proposée ici assume pleinement cette réflexivité : il s’agit du discours d’une amateure, professionnelle de l’innovation, spécialisée dans les relations de la recherche publique avec les petites et moyennes entreprises industrielles et/ou innovantes, les institutions et professionnels des contrats, étudiante en histoire. La démarche adoptée dans le présent document s’intègre dans celle, pragmatique, proposée par T. Hugues des systèmes techniques, usant de concepts arrêtés ici : artefacts, groupes sociaux et khora, traversés par une approche évolutive de systèmes définis ci-après.

A suivre…

[1] Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale : bulletin du Laboratoire d’agronomie coloniale / dir. Auguste Chevalier, Laboratoire d’agronomie coloniale (Paris), 1937, p.131, source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-S-16320, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1224717/f1101.item

[2] Annales de l’Université de Paris / publiées par la Société des amis de l’Université, Société des amis de l’Université de Paris, Bureau des renseignements scientifiques de l’Université de Paris (Paris), 1926, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 4-R-3037, p.206, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k94400w/f212.item

[3] Maître Jacques, 1969, compte rendu, Maître Jacques, Archives de sociologie des religions, Année 1969, Volume 28, Numéro 1 pp. 223-224, http://www.persee.fr/doc/assr_0003-9659_1969_num_28_1_1830_t1_0223_0000_3

[4] T. P. Hughes, Y. Cohen, 1998, article, L’histoire comme systèmes en évolution, in Annales. Histoire, Sciences Sociales Année 1998 Volume 53 Numéro 4 pp. 839-857, http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1998_num_53_4_279702

Quelques éléments de bibliographie :

Métais, 1947, compte-rendu, Mauss, Marcel. Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observation. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux, in Journal de la Société des océanistes, Année 1947, Volume 3, Numéro 3, pp. 155-156, http://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1947_num_3_3_1585_t1_0155_0000_2

Cohen, 1949, CHRONIQUE SOCIOLOGIQUE: Autour de l’ethnographie, in La Pensée : revue du rationalisme moderne, Centre d’études et de recherches marxistes (Paris), Éditions sociales internationales (Paris), septembre 1949, p.93, source : La Pensée, 2009-295008, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58159834/f99.item

Poirier, 1950, article, Marcel Mauss et l’élaboration de la science ethnologique, in Journal de la Société des océanistes, Année 1950, Volume 6, Numéro 6 pp. 212-219, http://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1950_num_6_6_1678

Daumas, 1969, L’histoire des techniques : son objet, ses limites, ses méthodes. In: Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, tome 22, n°1, 1969. pp. 5-32, http://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1969_num_22_1_2574

Gille, 1979, La notion de  »système technique » (essai d’épistémologie technique), Centre de recherche sur la culture technique, Neuilly-sur-Seine (FRA), http://hdl.handle.net/2042/30607

Hughes, O. Coutard, 1996, compte-rendu, Quinze ans de recherches historiques et sociales sur les grands systèmes techniques. Un entretien avec Thomas Hughes, Flux Année 1996 Volume 12 Numéro 25 pp. 40-43, http://www.persee.fr/doc/flux_1154-2721_1996_num_12_25_1678

Arendt, 1972, La crise de la culture, in La tradition et l’âge moderne, coll. Folio essais, éd. Gallimard, 1972 pour la traduction française

[i] https://fr.wikipedia.org/wiki/Denise_Paulme, consulté le 10/01/2015

[ii] https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Mauss dans le paragraphe « Bibliographie » de Marcel Mauss, intitulé Écrits de Marcel Mauss par année de publication (liste non exhaustive), consulté le 10/01/2015

[iii] Le concept de technologie est ici employé, pour simplifier dans un premier temps, dans le sens d’une articulation entre sciences et techniques selon (M. Daumas, 1969)

 

Humanités numériques : une contre-culture académique ?

Il y a un peu plus d’un an, le 3 octobre 2014, le journal Libération relayait une des recommandations du Conseil National du Numérique, en publiant un article de l’AFP intitulé : Vers un baccalauréat HN, comme humanités numériques (1) ?

Ce nouveau bac s’inscrirait dans son époque […] au croisement des sciences, lettres, et sciences humaines et sociales, en décloisonnant ces champs du savoir. Il refléterait l’aventure de la jeunesse et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design, mais aussi la découverte des big data, de la datavisualisation, des métiers informatiques et créatifs.

L’article se concluait par l’annonce faite auparavant par la ministre à la TV ; chaque collégien disposerait d’une tablette à la rentrée 2016. Une telle ambition, susceptible d’interroger tout parent ou enseignant-e (les écrans sont-ils recommandés pour nos enfants, nos élèves ?), m’a conduite à poursuivre l’investigation sur le thème proposé par Jean-Marie Gilliot, « Humanités Numériques », enseignant dans le cadre du MII HST-HN de l’Université de Bretagne Occidentale.

Humanités numériques : un oxymore ?

Les humanités – que d’aucun-e jugerait poussiéreuses d’un latin antique ou d’une Grèce archaïque, interrogent, lorsqu’elle sont qualifiées de numériques. Par un oxymore révélateur, les humanités numériques ou digital humanities désignent, au contraire, tout à la fois la nouveauté d’une approche métholodogique, d’un champ de recherche, de communuautés de pratiques… à l’image d’un renouveau transdisciplinaire portant sur le champ des sciences humaines et sociales outillées de technologies numériques… et vice-versa.

Les digital humanities ne font pas table rase du passé.

Le manifeste élaboré par la communauté française du champ des humanités numériques en 2010 précise, en son premier point, que

le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. Les humanités numériques concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Elles s’appuient (…) sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines (…)

Une contre-culture académique ?

Se développent un dialogue complexe, des pratiques collaboratives différentes, partagées par des enseignants-chercheurs de disciplines différentes, étudiant-e-s, professionnel-le-s ou amateurs et amatrices, donnant lieu à la multiplication et la diffusion de références internationales telles les THATCAMP, ou non-conférences qui font l’objet de publications de non-actes.

Le processus, au sein de ces espaces géographiques et temporels de rencontres humaines, se crée, se forme et produit des échanges, des dispositifs, des perspectives heuristiques (2). Le déroulé de la non-conférence, ses modalités d’organisation et sa réalisation se définissent comme une création collaborative dans une unité de lieu et de temps. Une expérimentation en temps réel de nouvelles pratiques ouvertes et questionnantes permet de mobiliser et de produire différemment des savoirs et de les diffuser selon des modes, méthodes ou outils innovants.

Soucieuse de mieux se faire connaître, de se reconnaître mutuellement, la communauté organise le 19 mai le Day of DH, journée où la communauté se décrit, s’observe et diffuse ses identités en formation, multiples, diverses et internationales.

On comprend donc peu, à ce stade, le lien opéré (dans l’article de l’AFP) entre la recommandation d’un baccalauréat technologique pluridisciplinaire – intitulé humanités numériques, et l’utilité de tablettes numériques remises aux élèves sans le latin… Un sujet que les communautés « humanités numériques » s’approprieront, peut-être ?

Pour aller plus loin :

https://www.zotero.org/search/type/group/q/digital%20humanities/page/1
http://www.institutfrancais.com/fr/actualit%C3%A9s/humanites-numeriques
(1) Libération, 3/10/2014, par AFP, 13h20, http://www.liberation.fr/societe/2014/10/03/vers-un-bac-hn-comme-humanites-numeriques_1114116, consulté le 19/10/2015 à 7h.
(2) Manifeste des Digital Humanities, Marin Dacos, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 20/10/2015, à 9h36

La « Tour Eiffel Rouennaise » mérite le détour…

La « Tour Eiffel Rouennaise » mérite le détour…

D’ailleurs, elle a fait l’objet d’une exposition temporaire en 2007, autour de la maquette du Pont Transbordeur de Rouen réalisée par Richard Prybys, maquettiste naval. Elle est exposée encore aujourd’hui au Musée Maritime, Portuaire et Fluvial de Rouen, hangar 13.

Ce premier rapport – dans sa version intermédiaire, se présente sous une forme particulière…

Bon voyage!

 

 

Le pont transbordeur de Rouen en tant que système technique

C’est un carnet de recherche d’une étudiante en histoire des sciences et techniques et «humanités numériques». Le sujet s’intitule « Modélisation du pont transbordeur de Rouen (France) en tant que système technologique complexe. Application à la modélisation des connaissances pour le web sémantique, pour l’histoire des sciences et des techniques. Médiation culturelle ». Le travail d’étude et de recherche s’inscrit dans le cadre du parcours de Master II en Histoire des Sciences et Techniques, Médiation Culturelle et Humanités Numériques de l’Université de Bretagne Occidentale, sous la direction de Sylvain Laubé du Centre François Viète, EA1161. Il inclut notamment la description des résultats et méthodes, hypothèses de recherche, une bibliothèque numérique, des rapports d’investigation, des articles scientifiques, des photos, plans et vidéos.