De la geste modernisatrice : trente glorieuses, ravageuses et pollueuses ? Révolution invisible ou grande accélération de l’anthropocène ?

[Work in progress]

Ce billet résulte d’un travail réalisé en 2015-2016 à la demande d’Hervé Ferrière, maître de conférence à l’Université de Bretagne Occidentale, Master II HST, médiation culturelle et humanités numériques.

PROLEGOMENES

Quelques idées précèdent une courte analyse de l’introduction à l’ouvrage dirigé par Bonneuil, Pessis et Topçu paru en 2013.

Reflexivité(S)
En premier lieu, le concept de réflexivité dont l’emploi – dans le texte, couvre trois problématiques.

1. Tout d’abord, l’exercice consiste à relever – dans le texte, les mots de la subjectivité employée à dessein (au moyen de figures de styles) pour illustrer le second propos réflexif (ci-après, voir 2.) : par exemple, « une expression qui colle aux plumes historiennes » relative à cette période historique mal nommée ? La « peine » des historien-ne-s à s’en « dépêtrer », de cette expression « parresseusement reconduite », peut-être par « nostalgie » d’un bien-être indicible à rester plongé dans « le liquide amniotique de la croissance conquérante des années 1960 » (Sirinelli, 2011, p.99 cité par Bonneuil & al., p.5)… toute l’introduction en est parsemée, soit par reprise des expressions de la geste modernisatrice, soit par jeu de déconstruction (pour l’exercice) de ces « vieilles oeillères de la vision du monde des « modernisateurs/rices » ». La première relfexivité est donc celle posée des historien-ne-s sur eux-mêmes, auteur-e-s de l’ouvrage : un subjectivité assumée, voire revendiquée (en lien avec le troisième propos reflexif, la performativité du mythe et contre « la fabrique d’un consensus modernisateur » (Boulat in Bonneuil & al, p. 26) ou pour déconstruire « la capacité d’anticipation et de pénétration cognitive de l’Etat sur la société » (Vadelorge in Bonneuil & al, p.26)).

Between Past and Futur, Hanna Arendt, 1961 (source : Amazon)

2. La proposition de l’ouvrage est bien celle de regarder l’histoire d’après 1945 sous l’oeil critique des historien-ne-s, à la fois dans les choix de sa périodisation, l’étude de sa construction discursive par les modernisateurs/rices au moyen d’une « rhétorique de l’urgence », mais aussi l’étude même de ces acteurs/rices de la modernisation qui « se voulaient des hommes dépourvus d’ascendants » (Dard, 1998, p.36, cité par Bonneuil & al. p.8). Il s’agit donc d’appliquer la reflexivité au sein même du champ disciplinaire en y important, notamment, de nouvelles sources ou de nouveaux concepts issus par exemple, de la sociologie mais aussi des sciences associées aux techniques et à « la nature ».
Il n’est pas anodin de noter ici, que dans leur propre reflexivité (voir la citation de Dard ci-dessus), les chantres du modernisme dévoient un aphorisme du poète René Char, résistant, cité par Arendt dans le recueil de textes titré « between past and futur » : « notre héritage n’est précédé d’aucun testament » (1946, voir Arendt, 1972; p.11).

3. Enfin, il y a cette reflexivité « toute neuve », une nouvelle « modernité reflexive » (oserions-nous citer la COP21 comme exemple ?), « ruse progressiste » issue de la geste modernisatrice, reconduite par les postmodernistes, usant d’un discours sociologique des risques pour expliquer voir reconduire/légitimer l’erreur d’analyse historique des dominant-e-s du champ disciplinaire, évitant ainsi de remettre en cause un discours dominant sans sujet mais pas sans acteurs/rices, qui a pourtant conduit à des dommages significatifs dans l’historiographie des années d’après-guerre, notamment sur les sources du mouvement de 1968 et certaines racines et dimensions de la crise écologique contemporaine (Pestre et Fressoz, 2013, cité par Bonneuil & al. p.6), en particulier la reflexivité environnementale de la société française d’après-guerre.

Performativité du mythe « des trentes glorieuse » : un discours sans sujet

La geste modernisatrice a utilement usé de son opposition à la tradition pour construire un discours sans sujet : le discours modernisateur. Celui-ci a la particularité de n’être porté par aucun sujet, d’être désincarné voir désincorporé (ce qui d’ailleurs le rend tout-puissant), un discours « dont la fonction première est d’exprimer et de produire l’intégration logique et morale de la classe dominante » (Bourdieu & Boltanski, 1973, cité par Bonneuil & al. p. 6). Il n’est donc pas possible de s’y opposer ou presque. Pourtant, « cet ouvrage entend libérer le regard historien du cadrage discursif des acteurs et actrices « modernisateurs/rices » dominant-e-s dans lequel il s’est trouvé pris dans l’immédiat après-guerre, et dont on trouve encore bien des traces, des schèmes de pensée ou, au contraire, des angles morts dans l’historiographie récente » (Bonneuil & al. p.7).

Modus et modo : la geste modernisatrice a-t’elle des racines ?

Entrons alors dans le vif du sujet… par ses fondements dogmatiques (que ferions-nous sans le latin ?) et situations historiques (des mots qui sont datés ?).

0. Ce qu’est « la geste » ?

…l’ensemble des poèmes épiques du Moyen-Âge, relatant les exploits d’un même héros… (Le Petit Robert, 2012).

1. Commençons par la fin … situation historique

(note : à rapprocher des inventions techniques, peut-être) : on trouve facilement, dans le dictionnaire,
– la période de l’émergence du mot : moderne est daté de 1361,
– et celle de l’accélération et la déclinaison de son usage : 1754 moderniser, 1769 moderniste, 1823 modernité, 1876 MODERNISATION et 1896 modern style (pour Art Nouveau)…

Schéma chronologique des quatre périodes de l’Histoire (source:Wikipédia ne citant pas assez ses sources)

De fait, des historiens français périodisent l' »époque moderne » (opposée à la « tradition moyen-âgeuse ») à partir de la découverte des Amériques par Christophe Colomb (une vision colonialiste?), peu après l’invention du mot « moderne », selon le dictionnaire… d’autres la situe beaucoup plus tard (source wikipédia non stabilisée…), l’Art moderne semble lui s’opposer au classique et démarre vers 1870 avec les impressionnistes (wikipédia pas plus stabilisé que l’autre).

Bref, une impasse… euh, « les temps modernes » ?

Original poster for Charlie Chaplin’s 1936 film Modern Times. (source : Wikipédia)

Il faut noter que ce qui sert le discours sans sujet de la geste modernisatrice, ce sont les contraires du mot « moderne » : dépassé, obsolète, traditionnel, vieux. Et dans une autre catégorie, « un peu moins vulgaire mais tout aussi poussiéreuse », dirait la geste (que ferions-nous sans le latin ?) : Ancien, antique, classique.

Tentons une hypothèse de départ : la date du dictionnaire qui nous dit que le mot « moderne » date de 1361…(Le Petit Robert, 2012), sauf que le dictionnaire lui situe le début de l’histoire moderne (la fin du Moyen-Age) comme « traditionnellement » fixée à la chute de Constantinople, en 1453 et jusqu’à la révolution française… à partir de 1789, c’est du contemporain… mais pas encore la geste modernisatrice ? Les historiens sont-ils victimes de leurs traditions, y compris les modernisateurs/rices ?

2. Justement, tentons la piste « que ferions-nous sans le latin » ?

De la racine latine déclarée dans le dictionnaire français, à savoir modernus de « modo », on trouve dans le dictionnaire latin deux sens d’emploi de l’adverbe modo :

  • « dans cette mesure, ni plus, ni moins », en référence à la naissance des artéfacts mesureurs (en particulier en agriculture)
  • une référence temporelle peu ou pas vraiment définie, relative à l’instant, exemplifiée dans le latin par le mot « tantôt » de « tant » et « tôt » (j’y reviens) et une mesure de ce temps (pas très loin du passé ni du futur)…

Sur les mesureurs (Pomian, 2014)

Modo est la déclinaison (ablatif : circonstancielle) du nom latin modus qui a 6 sens :

By Andrew Dunn – Whipple Museum of the History of Science, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=29127

1. mesure (instrument) – mesureur
2. la mesure elle-même – quantité mesurée
3. en musique – intervalles réguliers
4. mesure comme juste mesure, limite convenable : « suus cuique modus est » Cic. Or. 73, il y a une juste mesure appropriée à chaque objet
5. manière, façon, sorte, genre
6. et en grammaire: a. patiendi/faciendi modus – voix passive/active & b. modes des verbes (indicatif, subjonctif, impératif, conditionnel…)

 

On retrouve alors un fond/source conceptuelle du mot « moderne » et « modernisation » dans les sens du mot français « mode », connu surtout dans son usage « moderne » de comportement collectif (souvent massif) attaché à une époque, un lieu ou un milieu (et à des objets ou comportements) :
le mot « mode » date du XVème siècle et prend un premier sens, philosophique, entré dans le dictionnaire français en 1647 :
1. manière d’être d’une substance : « les modes de la logique modale »…
2. en musique, il y a les modes majeurs, mineurs
3. en grammaire, les modes des verbes
4. en mathématique, c’est la classe d’une distribution statistique qui présente la fréquence la plus élevée
5. la forme d’un fait ou d’une action, le genre et la manière (tripes à la mode de Caen)
6. en informatique, un type de fonction: le mode local, connecté, en ligne, conversationnel ou d’adressage.

Sur la référence temporelle

La crise dans la culture, Hannah Arendt, coll. folioessais (source: http://skhole.fr/category/auteurs/arendt-hannah)

C’est la notion la plus complexe et à la fois la plus productive pour tenter de renouveler le concept d’histoire. Pour ne pas trop digresser, disons que derrière ce mot – souvent considéré comme « vulgaire » de « tantôt » (daté de 1160), il y a toute l’intelligence humaine de la mesure du temps « présent » (un peu avant, un peu après) que Arendt redéfini conceptuellement comme « la brèche entre le passé et le futur ». Elle situe la fin de la tradition (et le début de l’âge moderne) dans les théories de Karl Marx (et ses débuts avec l’allégorie de la caverne de Platon) : l’émergence d’une « humanité socialisée » (in Arendt, « la tradition et l’âge moderne », p.30). Parmi les thèses utopistes de Marx, l’une d’elle est ainsi formulée : « dans une « humanité socialisée », « l’Etat dépérirait » et la productivité du travail deviendrait si grande que le travail pourrait disparaître, assurant ainsi une quantité de loisir presque illimitée à chaque membre de la société » (le modèle de la société athénienne, fondement de notre tradition).

BREVE TENTATIVE D’ANALYSE DU TEXTE

Bonneuil & al tentent d’introduire une contre-histoire des « trente glorieuses », en déconstruisant non seulement le discours de la geste modernisatrice – celui de la pensée dominante, mais aussi celui, « neuf », de sa progéniture postmoderniste : il s’agit à la fois de dénoncer le mythe des « trentes glorieuses » mais aussi de se parer contre la nouvelle modernité intégratrice du discours sociologique qui tendrait à légitimer l’occultation de la « réflexivité environnementale » de la société au sortir de la deuxième guerre mondiale et l’élusion de sources et dimensions de la crise écologique actuelle (pestre & fressoz, 2013, cité par Bonneuil & al., p. 5).
Il s’agit de proposer une nouvelle histoire tenant compte des luttes environnementales d’après-guerre et des alertes d’avant 1968, sur l’hypothèse que la notion de « progrès » intrinsèque à la transformation capitaliste, n’a guère été plébiscitée par la société française, en tout cas à toutes les échelles où « la technique devait transformer le social ». Il s’agit de faire entendre « la complainte du progrès », qui précède 1968 et fait écho par la suite, y compris aujourd’hui, de la manière peut-être la plus aigüe.
La première étape est la mise à nu des mythes modernes et la critique du discours dominant comme un discours sans sujet (bourdieu & boltansky, 1973, p.4 cité par Bonneuil). La seconde est l’élaboration de 4 chantiers pour une contre-histoire des années d’après-guerre.

En finir avec la catégorie de « trente glorieuses »

« Usages automatiques, évidences » sur la périodisation baptisée par Fourastié ne vont pas de soi. Tout d’abord, décrypter l’auteur du nom est redonner sens à ce qui préside à cette création/imposture historique des trente glorieuses : Fourastié était expert, investi dans les écoles influentes de la république, auteur d’ouvrages largement diffusés et promouvant « une credo de la modernisation »: il s’agissait de conquérir le pouvoir politique et administratif au moyen d’une « publicisation » du Plan. Récit de la marche glorieuse de la France, figure du haut-fonctionnaire « modernisateur » en croisade contre tout ce qui serait « improductif », cet imaginaire a profondément marqué la champ de la discipline universitaire dans les années 1980 et y laisse encore de profondes traces.

Eclairer le choix de la périodisation permet aussi de cerner le fondement idéologique qui préside à cette catégorisation : la coupure avec Vichy, le souci de gommer les continuités, d’occulter les fonctions occupées, de « fabriquer l’image d’une France moderne héritière exclusive de la France libre et résistance, avec l’urgente nécessité de la modernisation. Tout ce qui ne participe pas à l’avancée dans la modernité est jugé archaïque, passéiste, immobile, en retard : Fourastié scénarise la transformation selon une « temporalité binaire, emblématique et paroxystique du régime d’historicité futuriste » (Hartog, 2003), mobilisant la société autour des mots d’ordre productivistes et consuméristes.
Pourtant, les historien-ne-s ont interrogé ces trajectoires d’acteurs ou technocrates entre Vichy et l’après-guerre, ou questionner la coupure d’avec Vichy (notamment dans le domaine de l’agriculture et de l’injonction de l’occupant allemand d’instaurer un modèle d’agriculture motorisé et intensif en intrants), mettant en évidence l’héritage vichyste de la politique agricole au moment de la création de l’INRA. Outre ces constats, les études menées dès les années 1980 montrent que la période de forte croissance est d’une vingtaine d’années, pas trente et qu’une grande partie de la population en reste écartée : une nouvelle périodisation de la libération vers la moitié des années 1950 émerge, celle de la reconstruction et la période de la transformation du territoire, de son urbanisation, de 1955 à 1973, est caractérisée par une très forte croissance.
En interrogeant la borne supérieur proposée par Faurestié, notamment à la recherche d’une histoire plus profonde des « nouveaux mouvements sociaux », les historien-ne-s mesurent que les premiers combats anti-colonialistes, anti-nucléaires et de critique des politiques urbaines s’étendent entre 1945 et 1968. La réflexivité environnementale de partis et de syndicats et donc la critique du « progrès » n’est donc pas une nouvelle « modernité réflexive », issue du surgissement de mai 1968.
Et ce n’est pas la « restauration de la puissance européenne » qui conduit à la prospérité, mais bien l’exploitation des ressources des colonies qui conduisent à la « grandeur » de la France. Cette « révolution silencieuse » inventée par Faurestié cache mal les bruits assourdissants des essais nucléaires et autres clameur des manifestations paysannes des années 1953-1954 et au début des années 1960, mais elle est reprise massivement dans les ouvrages des historien-ne-s. La logique dominante de la vision du monde forgée par les technocrates modernisateurs/rices d’après-guerre où progrès scientifique et technique guident le progrès social cache mal les laissé-e-s pour compte de cette « modernisation ».

Les quatres chantiers (à venir…)

(Pomian, 2014) Pomian Krzysztof, « De l’exception humaine », Le Débat, 2014/3 (n° 180), p. 31-44. DOI : 10.3917/deba.180.0031. URL : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2014-3-page-31.htm

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *