Revue de lecture de Franck Varenne, Le Savoir en Simulation, 2015

[work in progress]

Ce billet est une première tentative de revue de lecture d’un article de Franck Varenne, philosophe, publié en 2015 dans la revue Médium, dans le volume intitulé « Demain l’école ». Elle s’inscrit dans le cadre de travaux préparatoires et de recherche sur la question (nouvelle?) de l’interdisciplinarité. Elle reprend donc les intitulés des paragraphes tels qu’écrits par l’auteur : qu’il soit ici remercié de son indulgence à l’égard de cette revue.

 

Academic Study of the Male, 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Tentative de résumé
Dépassant l’ambivalence entre déterminisme technique et social (revue Médium), questionnant la position dominante des disciplines de l’économie et la sociologie dans l’élaboration du récit relatif au tournant computationnel (ou à l’émergence du numérique de l’école à l’université), l’auteur propose un modèle spatio-temporel de construction pluridisciplinaire des savoirs et de leur transmission. Les cadres conceptuels disciplinaires bien que préservés, se discrétisent au profit d’un processus d’agrégation de ceux-ci, confinés à la marge de la méthode – la simulation (scientifique) par computer orientée-objets (les savoirs) – au fil d’une recherche collective en train de se faire. Au « monde virtuel » de GAFAs offert à la contemplation médiatisée bien souvent mono-formalisée du consommateur; au monde du bioconservatisme discriminant de la réification de l’enfant « bio », l’auteur oppose un objet virtuel sérieux dont on ne sait affirmer ni nier les effets de réel ou de réalité du système de symboles que parcourent et construisent les sujets éventuellement disciplinaires, si ce n’est que de tels symboles n’offrent de prises que s’ils renvoient chacun à un référent déjà éprouvé ou éprouvable dans le monde physique.
Il s’agit aussi [de mon point de vue] de partage du sensible (Rancière, 2000) et d’appréhender la complexité du monde social en créapprenant collectivement [à devenir citoyen-ne du monde ?].

 

Tentative de revue racontée

 

Tablette vs computer literacy

Obnoxious Liberals, 1982, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

L’auteur décrit sans ambages les effets d’aplatissement spatial (Cauvin) et temporel de la tablette sur nos perceptions, nous réduisant à l’impuissance née de notre rapport au temps (Lagneau). Si les usages réels de la tablette (d’internet ou des réseaux) sont très majoritairement unilinéaires – du réseau vers l’utilisateur – l’auteur affirme que le rapport de l’école au numérique ne se réduit pas à celle-ci.  L’élaboration et le travail sur le contenu est le fait de gens dotés d’un PC et d’une computer literacy.

La tablette reste un objet de débat en trompe l’oeil,  et ce n’est pas le récit d’un extériorisme intellectuel délocalisant une mise en commun des extensions du corps propre dans un nouvel espace d’appropriation des savoirs (Serres) ou les analyses euphoriques d’iconoclastes para-théologiques douteux comme Debord et Ellul qui autorisent l’oubli ou la minoration de la vie organique et la pulsion individuelles situées

 

La simulation sur computer

La simulation sur computer ne se réduit pas elle-même à un dispositif de médiation inter-humaine directe (comme celui de la tablette etc.) : elle y est autrement normée, élaborée, contrainte et mise en forme. La simulation sérieuse est le fait de scientifiques, (…) lié à l’élaboration même de ces savoirs qui seront un jour transmis.

Ascent – 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Sur le terrain des sciences entrain de se faire, l’auteur entend montrer que l’épistémologie réellement nouvelle consiste pour les sciences humaines à prendre en compte l’hétérogénéité spatiale dans le temps des phénomènes humains.

Précisant la sémantique relative au computationnel, l’auteur observe que ordinateur* ou informatique* sont des mots qui ne suffisent pas à signifier l’histoire des computer sciences. La simulation n’est ni une « nouvelle écriture » (Dagognet, Quéau), ni (…) une simple « intuition augmentée » (Lévy) : plus riche encore qu’un médium (au sens de la médiologie) elle remet en cause les épistémologies des sciences concernées.

 

Une innovation épistémologique : la simulation intégrative à base spatiale

L’auteur reconnaît la réalité de l’essor des big data et de l’analyse statistique massive, résultant en contenus ponctuels qui ne bouleversent pourtant pas la forme traditionnelle voire préférentielle (Ricoeur) de l’élaboration et de la diffusion de savoirs en sciences humaines, à savoir le récit.

50 cent Piece – 1983, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

C’est dans la circulation depuis les années 1990, au sein de groupes pluridisciplinaires, de la programmation orientée-objets (…) centrée sur les éléments composant le système cible, sur leurs représentations symboliques multidimensionnelles et sur la représentation plus ou moins explicites de leurs propriétés que s’est construite l’innovation épistémologique.

En s’appuyant sur l’exemple du SIG de la Mesa Verde réalisé par l’équipe de Tim Kohler de l’université de l’Etat de Washington, l’auteur montre comment le tournant computationnel a favorisé l’émergence d’une innovation épistémologique majeure : la simulation intégrative à base spatiale, pluri-aspectuelle et donc pluriformalisée. Ce ne sont ni les big data, ni l’analyse statistique de données qui fournissent modèles au sens fort ou, à fortiori, simulation.

 

Affiner les concepts pour percevoir les symboles

La complexité d’un SIG lieu temporalisé ou d’une simulation intégrative pluriformalisée, tient notamment de la complexité réelle de ces nouvelles interactions symboliques qui elles-même nous rendent le plus souvent (…) myopes sur les concepts utilisés. Il ne s’agit pas d’une nième technologie paradigmatique réductrice totalisante mais d’un processus articulant pas-à-pas aux autres savoirs ces savoirs disciplinaires qui n’ont plus à entrer dans un format verbal unique et mono-formalisé : les disciplines n’ont plus à produire de discours préalables.

Bird on Money – 1981, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

Les concepts ne sont alors plus juxtaposés; ils sont littéralement atomisés, décomposés et s’intriquent(*) computationnellement les uns dans les autres au sein de construits pluridisciplinaires faisant émerger une convergence agrégeante des savoirs et des systèmes symboliques associés. L’expérience de cet espace-temps virtuel complexe peut alors servir à la figuration de concepts nouveaux – contre-intuitifs peut-être.

Pour l’auteur, il ne s’agit pas de la fin du concept car aucun formalisme ne reformule les autres dans son propre langage, ni d’ailleurs y absorbe tous les autres à son seul profit; c’est la fin de l’exclusivité du concept à remplissement intuitif au profit de l’expérience sensible (privée ou publique) sur un objet virtuel. Ce processus maintient bien un espace rugueux de savoirs en coexistence et en interaction,concepts d’intuition « pure » et expérience corporelle locale non instrumentée s’affrontent par le traditionnel récit disciplinaire… L’objet résultant du processus d’aggrégation n’est pas un médiateur, car formé de systèmes de symboles dépourvus entre eux de hiérarchie : il est objet à expérimentation-création, objet virtuel sérieux (ou simulat ?) doté d’une épaisseur* réalisant en son sein un entrelacs inextricable de chemins du retour aux références – au monde « réel ».

 

Les limites du bioconservatisme épistémologique

La transmission des disciplines et l’écolier (sensible) ne pourront que bénéficier de telles simulations sérieuses : le rapport au monde physique et imaginaire y est une nécessité pour piquer la curiosité (ou donner sens au symbole/signe); la complexité du monde social y est tangible par l’expérience de l’engagement créatif dans le processus de la simulation. Sereinement les étudiant-es débutant-es sauront que l’explication heuristique du monde par l’économie ou celle despatialisée des modèles sociologiques ne suffisent pas à en décrire la complexité.

Philistines – 1982, Jean-Michel Basquiat (source : www.widewalls.ch)

L’auteur dénonce le jugement hâtif des bioconservateurs sur ces objets d’apprentissage pris comme outils de conversion au capitalisme ou à l’économicisme : faire des concepts bio [en dehors de la prise en compte de La technique, ndlr] peut conduire à une forme de discrimination des problématiques posées par les technologies d' »augmentation virtuelle » de l’humain.

 

Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, éd. La fabrique, 2000, ISBN 978-2 913372 05 4

*ordinateur : machine à ordonner et à traiter de l’information (voir note 3.)
*informatique  : discutable lorsqu’il est appliqué pour prétendre traduire génériquement computer science et pas uniquement pour désigner le traitement de l’information par computer (ibid)
*épaisseur du simulat : voire Franck Varenne, « La reconstruction phénoménologique par simulation : vers une épaisseur du simulat », in Daniel Parrochia et Valentina Tirloni, Formes, systèmes et milieux techniques après Simondon, Lyon, Jacques André Éditeur, 2012, p. 107-123.
* l’intrication des concepts dans le simulat/aggrégat fait l’objet d’une interrogation de ma part : supposant que l’objet lui-même (ici, le concept) ne soit pas défini sans sujet, l’atomisation et la décomposition des concepts tels que décrits par Franck Varenne – qui par ailleurs préservent à la fois le rapport au réel ou à la réalité du processus associé à la simulation – même si elle suppose l’absence de discours préalable n’en élimine pas – à priori – l’acte ou l’intention d’insérer ce concept là dans le processus. En ce sens, le rapport hiérarchique, s’il n’existe pas (ou peut-être pas) entre les concepts eux-mêmes – une forme d’absence de hiérarchie disciplinaire alors déligitimée – cela supprime-t’il pour autant l’action du sujet et donc les rapports de domination qui participe du processus collectif ? En l’absence de résolution de cette question [pour ma part], je suggère d’utiliser le terme d’imbrication qui, dans le champ des études de genre, tient compte de la complexité des processus de domination d’un sujet sur un autre (outre le genre du sexe dans l’oppression des femmes, il est nécessaire de tenir compte aussi du racisme, d’actes perceptifs ou législatifs relatifs à l’orientation sexuelle etc.).
Quelques références citées dans l’article :
Jules LAGNEAU, « Cours sur la perception », in Célèbres Leçons, P.U.F., pp. 175-176, http://philia.online.fr/txt/lagn_001.php
Rieffel Rémy (1954-….). Sociologie des médias.4e édition actualisée et augmentée.Paris : Ellipses, 2015.(Infocom). 1 vol. (231 p.). ISBN 978-2-340-00819-9
Rieffel Rémy (1954-….). Révolution numérique, révolution culturelle ?.[Paris] : Gallimard, 2014.(Folio ; 159). 1 vol. (348 p.). ISBN 978-2-07-045172-2
Cauvin Emmanuel, « Du livre à l’écran », Médium, 2014/2 (N° 39), p. 160-173. DOI : 10.3917/mediu.039.0160. URL : http://www.cairn.info/revue-medium-2014-2-page-160.htm
Franck Varenne, Qu’est-ce que l’informatique ?, Vrin 2009

Franck Varenne, Du modèle à la simulation informatique, Vrin, 2007

Entre geste et présence numérique, ébauche des contours de l’océan numérique des savoirs

[Work in progress]

Denise Paulme devient docteure en droit de l’Université de Paris en 1936 [1]. Elle apparaît sur la toile (Wikipédia) comme l’éditrice[i], en tout cas, la responsable de la première publication[ii] du Manuel d’Ethnographie de Marcel Mauss (P. Métais, 1947, p .155, M. Cohen, 1949, p.93) chercheur et professeur de l’Université de Paris (et fondateur de l’Institut d’Ethnologie en 1925 [2]), connu comme maître de presque tous les ethnologues français contemporains (J. Poirier, 1950, p. 212).

Aussi bien Marcel Mauss était-il le dernier homme au monde à pouvoir publier un « Cours ». Son cours était pour lui une sorte de conversation à peine ordonnée, un exposé de caractère apparemment décousu (…)

(P. Métais, 1947, p.155)

Ce Manuel d’Ethnographie est l’un des textes de référence en histoire des sciences et techniques et dans nombre d’autres disciplines (voir par exemple Figure 2). Il illustre, dans son genre (voir infra, note 1), simultanément, la fugacité de l’action scientifique – par la référence, ici dans la discipline historique, à un savoir diffusé à partir d’un support de « cours » contenant des notes prises lors d’un processus de création d’un savoir socialisé, et la permanence de la fabrication de savoirs locaux – à savoir ceux de l’Institut d’Ethnologie établis entre 1925 et 1939, notamment sous forme d’essais, de compte-rendu, de monographies, au moyen d’un apprentissage (le manuel) en même temps que de l’établissement de pratiques scientifiques communes et de recueil de sources diverses ou données (voir Figure 1).

Figure 1 : extrait du compte-rendu de Maître Jacques, p. 156, 1969, [3]

En résultent un ensemble de connaissances certifiées au sein d’une communauté cognitive (épistémique et de pratiques) qui a fertilisé nombre de champs disciplinaires pré existants et révolutionné tant la sociologie que l’histoire des sciences et techniques, l’océanographie etc. ([3] p.223, J. Poirier, 1950, p. 217).

Figure 2 : Extrait de l’article de Jean Poirier, p. 217, 1969 (J. Poirier, 1969).

Histoire et technologie[iii] se définissent, au sein de systèmes techniques dynamiques – du point de vue de l’historien des techniques (T. Hugues, 1998, in [4] p.857 ou B. Gille, 1979) ou au sein de réseaux d’acteurs – du point de vue de sociologues héritiers de M. Mauss (T. Hughes, O. Coutard, 1996, p. 41), avec toutefois deux difficultés : la première touche à la réflexivité de l’historien – technicien par rapport à son objet de recherche, aussi sujet-acteur de ses propres pratiques scientifiques (défricheur, accumulateur, créateur individuel ou correcteur d’entrants saillants sur une ou des « frontières mobiles »), difficulté qui conduit à s’interroger sur ce qu’est l’histoire des techniques ou l’histoire des technologies (history of technology), dont les tentatives de définitions successives (L. Marx, D. Edgerton, etc.) conduisent à conclure à une forme de circularité que résume de manière limpide Hannah Arendt (H. Arendt, 1972, p.56) :

L’esprit de la science moderne s’exprime dans la philosophie cartésienne du doute et de la défiance (…) La hiérarchie traditionnelle qui voulait que la vérité fût en dernière instance perçue seulement en une vision sans parole et sans action, ne pouvait être maintenue dans des conditions telles que la science y devenait active et faisait afin de connaître.

L’approche proposée ici assume pleinement cette réflexivité : il s’agit du discours d’une amateure, professionnelle de l’innovation, spécialisée dans les relations de la recherche publique avec les petites et moyennes entreprises industrielles et/ou innovantes, les institutions et professionnels des contrats, étudiante en histoire. La démarche adoptée dans le présent document s’intègre dans celle, pragmatique, proposée par T. Hugues des systèmes techniques, usant de concepts arrêtés ici : artefacts, groupes sociaux et khora, traversés par une approche évolutive de systèmes définis ci-après.

A suivre…

[1] Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale : bulletin du Laboratoire d’agronomie coloniale / dir. Auguste Chevalier, Laboratoire d’agronomie coloniale (Paris), 1937, p.131, source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-S-16320, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1224717/f1101.item

[2] Annales de l’Université de Paris / publiées par la Société des amis de l’Université, Société des amis de l’Université de Paris, Bureau des renseignements scientifiques de l’Université de Paris (Paris), 1926, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 4-R-3037, p.206, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k94400w/f212.item

[3] Maître Jacques, 1969, compte rendu, Maître Jacques, Archives de sociologie des religions, Année 1969, Volume 28, Numéro 1 pp. 223-224, http://www.persee.fr/doc/assr_0003-9659_1969_num_28_1_1830_t1_0223_0000_3

[4] T. P. Hughes, Y. Cohen, 1998, article, L’histoire comme systèmes en évolution, in Annales. Histoire, Sciences Sociales Année 1998 Volume 53 Numéro 4 pp. 839-857, http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1998_num_53_4_279702

Quelques éléments de bibliographie :

Métais, 1947, compte-rendu, Mauss, Marcel. Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observation. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux, in Journal de la Société des océanistes, Année 1947, Volume 3, Numéro 3, pp. 155-156, http://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1947_num_3_3_1585_t1_0155_0000_2

Cohen, 1949, CHRONIQUE SOCIOLOGIQUE: Autour de l’ethnographie, in La Pensée : revue du rationalisme moderne, Centre d’études et de recherches marxistes (Paris), Éditions sociales internationales (Paris), septembre 1949, p.93, source : La Pensée, 2009-295008, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58159834/f99.item

Poirier, 1950, article, Marcel Mauss et l’élaboration de la science ethnologique, in Journal de la Société des océanistes, Année 1950, Volume 6, Numéro 6 pp. 212-219, http://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1950_num_6_6_1678

Daumas, 1969, L’histoire des techniques : son objet, ses limites, ses méthodes. In: Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, tome 22, n°1, 1969. pp. 5-32, http://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1969_num_22_1_2574

Gille, 1979, La notion de  »système technique » (essai d’épistémologie technique), Centre de recherche sur la culture technique, Neuilly-sur-Seine (FRA), http://hdl.handle.net/2042/30607

Hughes, O. Coutard, 1996, compte-rendu, Quinze ans de recherches historiques et sociales sur les grands systèmes techniques. Un entretien avec Thomas Hughes, Flux Année 1996 Volume 12 Numéro 25 pp. 40-43, http://www.persee.fr/doc/flux_1154-2721_1996_num_12_25_1678

Arendt, 1972, La crise de la culture, in La tradition et l’âge moderne, coll. Folio essais, éd. Gallimard, 1972 pour la traduction française

[i] https://fr.wikipedia.org/wiki/Denise_Paulme, consulté le 10/01/2015

[ii] https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Mauss dans le paragraphe « Bibliographie » de Marcel Mauss, intitulé Écrits de Marcel Mauss par année de publication (liste non exhaustive), consulté le 10/01/2015

[iii] Le concept de technologie est ici employé, pour simplifier dans un premier temps, dans le sens d’une articulation entre sciences et techniques selon (M. Daumas, 1969)

 

Humanités numériques : une contre-culture académique ?

Il y a un peu plus d’un an, le 3 octobre 2014, le journal Libération relayait une des recommandations du Conseil National du Numérique, en publiant un article de l’AFP intitulé : Vers un baccalauréat HN, comme humanités numériques (1) ?

Ce nouveau bac s’inscrirait dans son époque […] au croisement des sciences, lettres, et sciences humaines et sociales, en décloisonnant ces champs du savoir. Il refléterait l’aventure de la jeunesse et revitaliserait les études secondaires avec la création numérique, le design, mais aussi la découverte des big data, de la datavisualisation, des métiers informatiques et créatifs.

L’article se concluait par l’annonce faite auparavant par la ministre à la TV ; chaque collégien disposerait d’une tablette à la rentrée 2016. Une telle ambition, susceptible d’interroger tout parent ou enseignant-e (les écrans sont-ils recommandés pour nos enfants, nos élèves ?), m’a conduite à poursuivre l’investigation sur le thème proposé par Jean-Marie Gilliot, « Humanités Numériques », enseignant dans le cadre du MII HST-HN de l’Université de Bretagne Occidentale.

Humanités numériques : un oxymore ?

Les humanités – que d’aucun-e jugerait poussiéreuses d’un latin antique ou d’une Grèce archaïque, interrogent, lorsqu’elle sont qualifiées de numériques. Par un oxymore révélateur, les humanités numériques ou digital humanities désignent, au contraire, tout à la fois la nouveauté d’une approche métholodogique, d’un champ de recherche, de communuautés de pratiques… à l’image d’un renouveau transdisciplinaire portant sur le champ des sciences humaines et sociales outillées de technologies numériques… et vice-versa.

Les digital humanities ne font pas table rase du passé.

Le manifeste élaboré par la communauté française du champ des humanités numériques en 2010 précise, en son premier point, que

le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs. Les humanités numériques concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Elles s’appuient (…) sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines (…)

Une contre-culture académique ?

Se développent un dialogue complexe, des pratiques collaboratives différentes, partagées par des enseignants-chercheurs de disciplines différentes, étudiant-e-s, professionnel-le-s ou amateurs et amatrices, donnant lieu à la multiplication et la diffusion de références internationales telles les THATCAMP, ou non-conférences qui font l’objet de publications de non-actes.

Le processus, au sein de ces espaces géographiques et temporels de rencontres humaines, se crée, se forme et produit des échanges, des dispositifs, des perspectives heuristiques (2). Le déroulé de la non-conférence, ses modalités d’organisation et sa réalisation se définissent comme une création collaborative dans une unité de lieu et de temps. Une expérimentation en temps réel de nouvelles pratiques ouvertes et questionnantes permet de mobiliser et de produire différemment des savoirs et de les diffuser selon des modes, méthodes ou outils innovants.

Soucieuse de mieux se faire connaître, de se reconnaître mutuellement, la communauté organise le 19 mai le Day of DH, journée où la communauté se décrit, s’observe et diffuse ses identités en formation, multiples, diverses et internationales.

On comprend donc peu, à ce stade, le lien opéré (dans l’article de l’AFP) entre la recommandation d’un baccalauréat technologique pluridisciplinaire – intitulé humanités numériques, et l’utilité de tablettes numériques remises aux élèves sans le latin… Un sujet que les communautés « humanités numériques » s’approprieront, peut-être ?

Pour aller plus loin :

https://www.zotero.org/search/type/group/q/digital%20humanities/page/1
http://www.institutfrancais.com/fr/actualit%C3%A9s/humanites-numeriques
(1) Libération, 3/10/2014, par AFP, 13h20, http://www.liberation.fr/societe/2014/10/03/vers-un-bac-hn-comme-humanites-numeriques_1114116, consulté le 19/10/2015 à 7h.
(2) Manifeste des Digital Humanities, Marin Dacos, 26 mars 2011, http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 20/10/2015, à 9h36

La « Tour Eiffel Rouennaise » mérite le détour…

La « Tour Eiffel Rouennaise » mérite le détour…

D’ailleurs, elle a fait l’objet d’une exposition temporaire en 2007, autour de la maquette du Pont Transbordeur de Rouen réalisée par Richard Prybys, maquettiste naval. Elle est exposée encore aujourd’hui au Musée Maritime, Portuaire et Fluvial de Rouen, hangar 13.

Ce premier rapport – dans sa version intermédiaire, se présente sous une forme particulière…

Bon voyage!

 

 

Le pont transbordeur de Rouen en tant que système technique

C’est un carnet de recherche d’une étudiante en histoire des sciences et techniques et «humanités numériques». Le sujet s’intitule « Modélisation du pont transbordeur de Rouen (France) en tant que système technologique complexe. Application à la modélisation des connaissances pour le web sémantique, pour l’histoire des sciences et des techniques. Médiation culturelle ». Le travail d’étude et de recherche s’inscrit dans le cadre du parcours de Master II en Histoire des Sciences et Techniques, Médiation Culturelle et Humanités Numériques de l’Université de Bretagne Occidentale, sous la direction de Sylvain Laubé du Centre François Viète, EA1161. Il inclut notamment la description des résultats et méthodes, hypothèses de recherche, une bibliothèque numérique, des rapports d’investigation, des articles scientifiques, des photos, plans et vidéos.